Jeep Elite (J33): Héroïques, déjà historique!

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Dans un match complètement dingue, digne de play-off, sur et en dehors du parquet, la JDA a remporté un énorme succès contre le champion en titre, Le Mans (78-70). Les Dijonnais remportent un 22ème succès cette saison; Historique pour le club. Ils sont d’ores et déjà assurés de terminer dans le top 4. Historique pour le club.

Un début de match raté, mais le plus dur était fait avant la pause

La rencontre démarre sur un rythme assez étrange où chaque équipe semble peu en verve. Il faut ainsi près de deux minutes pour voir le premier panier du match à l’avantage du MSB. Si la défense dijonnaise est en place, l’attaque n’y est pas du tout. Il faut attendre près de 3 minutes pour voir enfin les premiers points dijonnais sur un tir longue distance d’Axel Julien…un 3 points qui aura son écho un peu plus tard dans la rencontre. Mais dans ces premières minutes, l’adresse du MSB et sa défense qui empêche Dijon de jouer à l’intérieur mettent à mal les plans de Legname. Pour ne rien arranger, Bigote, ancien dijonnais est comme chez lui et fait très mal. Avec 14 points il terminera d’ailleurs meilleur marqueur de son équipe. Menés 19-8 à 3 minutes du terme du premier quart temps dans un Palais médusé, Laurent Legname prend son premier temps mort. Les effets escomptés ne seront malheureusement pas au rendez-vous. Le Mans continue son récital et mène de 12 points après 10 minutes (15-27). Tarpey à 3 points va continuer de glacer le Palais et porter l’avantage du Mans à +15 dès la reprise du deuxième quart temps. Le calvaire continue avec un 3 points de Tabu (19-35 à 6’35 de la pause). Joueurs et public dijonnais qui n’avaient pas connu tel scénario cette saison à domicile sont crispés. Mais pas abattus. Au rythme des encouragements des supporters, les protégés de Legname grapillent point après point sur des bonnes séquences d’Emegano, Loum, Pearson et Holston. Sur deux lancers francs de Leloup, ils recollent même à 5 points à moins d’une minute de la fin de la première période…qui va en fait marquer le début du match pour la JDA…

Axel Julien, détonateur de la furia dijonnaise

Ce sera le début de tout pour la JDA. Car si Le Mans remet un panier (36-43), Dijon a la dernière possession. C’est Axel Julien, meneur en l’absence d’un Holston déjà à 3 fautes, qui prend ses responsabilités. Il s’enfonce dans la raquette mancelle et se fait très clairement accrocher par la bras au moment de son shoot qui ne rentre pas. Un orage de sifflets à l’encontre d’un corps arbitral déjà très discuté dans les 20 premières minutes s’abat dans l’enceinte dijonnaise. Legname explose de rage, tout comme son capitaine qui craque, qui se dirige vers les arbitres et qui est tout juste retenu par Jean-Louis Borg. Cette fin de première mi-temps est d’une tension extrême. Les arbitres regagnent les vestiaires conspués. Et si c’était le déclic? Transformer cette rage en force et la frustration en motivation. De retour sur le parquet pour l’échauffement avant reprise de la deuxième mi-temps, les Dijonnais vont être encouragés par un public lui aussi revanchard. Il vient de se passer quelque chose dans le Palais. Si Julien qui a pris une technique justifiée permet au Mans de rajouter un point, c’est bien la JDA qui va tout renverser: la défense dijonnaise tient son rang et sur deux jolis shoots de Person, la Jeanne revient à 4 points après 2 minutes de jeu…avant que le génial lutin, Holston, n’y aille de son 3 points et que Loum ne claque un énorme dunk! 45-44, la Jeanne est enfin devant et le Palais est debout! Et elle ne lâche rien. Malgré un nouvel écart de 5 points en faveur du Mans, elle recolle et termine devant à la fin du 3ème quart temps grâce à Holston, Emegano (excellent hier soir), Pearson ou Kinsey (55-54). Dans cette période, la JDA n’aura laissé que 11 petits points au MSB. C’est un mano a mano qui s’installe alors dans le 4ème quart temps. C’est même un combat. Les supporters s’enflamment sur chaque action dijonnaise et sifflent les attaques mancelles. Tour à tour, Dijon et Le Mans vont reprendre l’avantage. Le scénario est dingue, la tension à son comble. Des deux côtés, des lancers francs sont ratés. Privés de Ware et Pearson (touchés) pendant la quasi intégralité de la seconde mi-temps, les Dijonnais, s’appuient sur Chassang et Loum qui font preuve d’une énorme combativité à l’intérieur. Dans ce match indécis, Leloup permet à la Jeanne de passer de nouveau devant à 4 minutes de la fin (65-63). Bigote, sur la ligne tremble et ne rentre qu’un lancer franc. Chassang y va de son 2 points (67-64). Le Mans, de nouveau maladroit sur la ligne ne revient qu’à 2 points à 2’30 du terme (67-65). C’est lent mais certain. Petit à petit, la digue mancelle craque pierre après pierre. Alors que Le Mans n’y arrive plus face à l’énorme défense dijonnaise, Holston, sur la ligne creuse encore l’écart (69-65). 2 minutes à jouer. Dans la foulée, il intercepte un ballon et trouve Axel Julien sur une magnifique transition. 1’50 à jouer. C’est le tournant, le moment. En capitaine exemplaire, Julien décide de tuer le match. Il s’arrête devant la ligne des 3 points, arme et rentre un shoot magnifique. Le Palais explose! C’est du délire dans les tribune et sur le parquet où Julien laisse exploser sa joie en montrant les muscles aux supporters. Histoire de faire rentrer ce match dans une hystérie collective, Holston colle dans la foulée un nouveau 3 points! Le Palais est dans une autre dimension et la JDA, qui gérera tranquillement la dernière minute, est-elle dans le top 4.

L’équipe, le collectif, les copains

La performance collective a encore frappé. Blessés, touchés en première mi-temps, les hommes de Legname sont revenus en patrons et en s’appuyant sur un collectif exemplaire. Nous avions noté en avant-match que le banc serait une des clés de la rencontre: avec près de 40% des points de la JDA, il a fait basculer la rencontre. Emegano exceptionnel à longue distance (4/4 à 3 points), termine avec la 2ème meilleure évaluation de l’équipe (17). Loum et Chassang ont joué 29 et 20 minutes palliant efficacement le duo Ware – Pearson. Loum, extraordinaire de combativité aura mis 9 points, pris 7 rebonds pour un joli 11 d’évaluation. Des intérieurs, qui verront les habituels titulaires les encourager en permanence. Ware finira même par effectuer de jolis pas de danse à une minute de la fin comme pour saluer la perf de ses copains, lui qui n’aura pourtant joué que 8 minutes et mis 2 petits points. Loin d’être frustré par son rendement individuel, il a partagé sa joie d’un collectif triomphant. Holston MVP du match, aura encore été précieux à la mène avec notamment 9 passes décisives. Et que dire d’Axel Julien! S’il n’a pas tout réussit, sa détermination a été de tous les instants et son 3 points plein d’audace et de sang froid qui fait basculer la rencontre en fin de match aura encore prouvé qu’il en a autant dans la tête que dans le short. Une performance collective qui encore une fois se retrouve dans les points encaissé. La JDA a limité Le Mans à 70 points. Une énorme performance.

Un nouveau succès pour une nouvelle page du club. 6ème victoire consécutive et une 4ème place assurée. Le déplacement à Châlon-Reims samedi se fera dans la sérénité et déjà tourné dans la préparation des play-off. Garder le rythme tout en se ménageant physiquement même si un succès lors de la dernière journée et une défaite de Nanterre pourrait amener la JDA à s’adjuger la 3ème place. Une chose est certaine à ce stade, elle a d’ores et déjà gagné le cœur de tous ses supporters. Un cœur qui ne demande qu’à battre encore et encore au rythme des nouveaux exploits de son équipe.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.