SIG-JDA: Le sport bafoué, la JDA avec fierté

(C) NICOLAS GOISQUE / LEMOUSTICPRODUCTION / MAXPPP - à DIJON LE 22-12-2017 - PRO A (JOURNEE 14) JEANNE D'ARC DIJON BOURGOGNE VS LIMOGES CERCLE SAINT-PIERRE - RYAN PEARSON

Les Dijonnais ont vécu une sale soirée en Alsace ce samedi soir: s’ils ont joué une belle équipe de Strasbourg, ils ont surtout dû encaisser l’expulsion de Pearson au bout de 8 minutes sur deux coups de sifflets aussi contestables que regrettables. A 8 contre 12 ils ont malgré tout été héroïques en fin de match pour ne s’incliner que de 13 points (91-78) et conserver le point average.

L’expulsion de Pearson: le fait de jeu qui a gâché le jeu

Au lendemain de la défaite de la JDA au Rhénus, il est en fait très compliqué de se focaliser sur la rencontre en elle-même tant elle aura été gâchée par une décision arbitrale très largement contestable. On joue depuis un peu plus de 8 mins quand Pearson se bat au rebond, trébuche et emporte visiblement involontairement le Strasbourgeois Sobey qui tombe à son tour. A la grande surprise du joueur, du staff et même des commentateurs, est sifflée une faute antisportive à l’encontre du Dijonnais. C’est à dire que les arbitres sont partis du principe que Pearson avait sciemment fait tomber son adversaire sans jouer le ballon. Les images montrent pourtant qu’il n’y a rien de tout cela. Pearson, emporté dans son élan tombe, tout simplement. Les images? Et si le trio arbitral avait juste pris la peine de les consulter comme ils peuvent le faire? Lors de la réception de Gravelines, ils les avaient visionnées pendant plusieurs minutes avant d’expulser Ware. Lors du match entre Chalon-Reims et Monaco, il y a une semaine, ils s’en sont aussi servies suite à un accrochage entre deux joueurs. Et là? Rien! A ce moment là, tout en étant pénalisante, cette faute n’est pas encore dramatique. Mais ce n’est pas terminé! Au moment des lancers-francs Strasbourgeois qui s’en suivent, Pearson prend une faute technique pour avoir vraisemblablement mis un pied derrière la ligne des 3 points! Une antisportive + une technique égale expulsion. A un coup de sifflet incompréhensible, s’en est donc suivi, au mieux, un total manque de discernement. Pearson, sonné, ne comprend même pas immédiatement qu’il doit quitter le parquet. L’esprit du sport est tout simplement tué sur l’autel de cette injustice. Car finalement, sur une erreur, on ne saura jamais ce qu’aurait donné cette rencontre avec deux équipes à armes égales? Même s’ils sont heureux de l’avoir emporté, les Strasbourgeois ne peuvent même pas se dire qu’ils ont battu la JDA à la régulière. Et les Dijonnais pourront nourrir de gros regrets. Pearson, joueur clé de la JDA avait, en seulement 3 minutes, provoqué 3 fautes et inscrit 5 points. Enfin, il vaut mieux ne pas mentionner les fautes techniques qu’auraient mérité les Green, Eddie ou encore Pietrus, tant ils auront contesté certaines décisions arbitrales…

Une SIG néanmoins talentueuse et une JDA avec beaucoup de cœur qui a remporté une « mini victoire »

Si l’expulsion de Pearson n’a pas permis à la rencontre de se jouer dans des conditions normales, rien ne dit pour autant que la JDA l’aurait emporté. Même si c’était plus simple sans l’intérieur Dijonnais, les Strasbourgeois ont par ailleurs parfaitement joué le coup. Ils se sont notamment appuyé sur Lang qui bat son record de points en Jeep Elite avec 27 points et une adresse diabolique (notamment 6 sur 7 à 3 points!) et un Fall qui s’est amusé dans la raquette dijonnaise aux rebonds (7 captés) et aux tirs: 18 points et 100% de réussite! Le ballon Strasbourgeois a bien tourné et la SIG termine avec 25 passes décisives! Les rebonds ont été largement à l’avantage des Alsaciens qui en ont pris 2 fois plus que la Jeanne (39 à 18)! Dans cette soirée compliquée, le collectif dijonnais n’est pour autant pas ridicule: 5 joueurs (Holston, Emegano, Ware, Chassang et Julien) terminent avec 10 points ou plus pour seulement 3 côté Strasbourg. Un collectif qui n’a rien lâché et qui aura montré une grosse force de caractère. Juste après la sortie de Pearson, en passant un 12-0 à la SIG et en compensant le faible temps de jeu d’ Hoslton trop vite sanctionné de 3 fautes. Un Hoslton qui n’aura ainsi pas été aussi performant qu’à l’accoutumé (11 points et 13 d’évaluation). Car la soirée aurait pu totalement cauchemardesque. Quand au milieu de la deuxième mi-temps la SIG menait de 22 points (soit à 4 points de reprendre le point average à la JDA vainqueur de 25 à l’aller), les hommes de Legname auraient pu rendre les armes et craquer. Un Legname qui sur un temps mort a piqué ses joueurs devant les caméras de RMC Sport: « Battez-vous!, battez-vous! Plus de défense! ». Un message entendu par les joueurs qui, au courage, vont grignoter point après point pour finalement ne perdre que de 13 longueurs. Dans ce revers, c’est une victoire. La JDA se sera au moins donné le droit de rester devant la SIG au classement (5ème) et avec deux victoires d’avance sur les 3 poursuivants en attendant les matchs de Bourg et Le Mans. C’est déjà ça et pas neutre pour la suite…

« Ce n’est pas la victoire qui rend l’homme beau, c’est le combat ». Si l’on s’en tient à cette citation de Madeleine Ferron, alors oui, en ce lendemain de défaite amère, les Dijonnais sont beaux. Leur courage face à tous les vents contraires pour rester en vie a été admirable. Une preuve encore que ce groupe a du talent mais aussi un énorme mental. A eux de garder cet état d’esprit pour se tourner vers la suite et s’offrir une autre issue. Ce sera dès ce mardi soir, à Gravelines.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.