Ligue 1. DFCO-OGCN : La chouette s’est faite déplumer

© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Une nouvelle fois muet offensivement, le Dijon Football Côte d’Or s’est incliné (0-1) face à Nice au terme d’un match où l’envie était pourtant présente. En ce début de semaine, le DFCO est lanterne rouge du championnat, et, s’il n’a pas définitivement entériné sa descente en Ligue 2, il ne s’est certainement pas arrangé les choses, d’autant plus que Caen a renoué avec la victoire du côté de Monaco au même moment…

Une belle entame.

A l’image du DFCO, Sammaritano s’est complètement loupé en se rendant coupable d’une grossière simulation, synonyme d’expulsion…© Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Tout commençait pas trop mal pourtant en ce milieu d’après-midi. Les Lingon’s avaient accueilli le bus des joueurs à grand renfort de chants et de fumigènes alors que « l’union sacrée » avait été décrétée au sein du club. Frédéric Sammaritano est à un cheveu de trouver la faille mais sa grosse frappe rase le poteau d’un Benitez resté sur ses appuis (4′). On se dit légitimement que le DFCO peut faire quelque chose en cet après-midi ensoleillé, d’autant plus que Nice ne sera pas flamboyant. Les Azuréens sont dangereux sur coup de pied arrêté, la preuve avec ce corner qui termine sur le montant droit de Runarsson après une belle tête de Dante (10′). Dijon repart à l’abordage du navire niçois, mais, comme depuis de nombreuses rencontres, ni Jeannot (21′), ni Kwon (22′), ne parviendront à cadrer leur frappe. Du côté niçois, Sacko, puis Cyprien essayeront d’apporter le danger, mais le gardien international islandais sera vigilant. Plus convaincant, malgré des lenteurs persistantes dans les transmissions de balle, Dijon tente quand même de marquer ce but qui lui ferait tant de bien. Petite statistique, dans le jeu, le DFCO n’a marqué qu’à deux reprises dans le jeu depuis janvier en championnat… Dérisoire pour une équipe qui cherche à se maintenir. Cependant, après une première période équilibrée, les Rouges peuvent se permettre d’espérer de trouver enfin le chemin des filets.

Un rouge grossier.

Toujours un zéro pointé pour l’attaque dijonnaise. © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Dijon repart bien dès le début de la seconde période. La frappe de Said sera contrée et le corner qui suit ne donnera rien (46′). Le problème sera que Frédéric Sammaritano, déjà averti une fois durant la rencontre, se rendra coupable d’un excès de zèle, d’une maladresse ou d’une grossière erreur selon les interprétations. Lancé en profondeur, le milieu offensif dijonnais chute dans la surface. M. Rainville n’hésite pas et lui adresse un deuxième carton jaune, synonyme d’exclusion (55′). En infériorité numérique, le DFCO perd logiquement de sa dangerosité offensive (on n’avait pas besoin de ça) et subit un peu plus. Nice attaque et, malgré une belle sortie de Runarsson, la balle reviendra malheureusement dans les pieds d’un ex-Dijonnais. Pierre Lees-Melou ajustera bien sa frappe et ouvrira la marque pour l’OGC Nice (0-1, 60′). Dijon tentera pourtant de réagir par la suite mais n’y arrivera pas, comme depuis trop longtemps. Dos au but et servi par Kaba, Tavares tentera une talonnade qui ne trompera personne alors que les passes mal ajustées n’aideront pas plus les attaquants dijonnais à se procurer de réelles occasions. Nice croira obtenir un penalty en toute fin de match afin de sceller définitivement la rencontre puisque M. Rainville, exceptionnellement bien aidé par ses assistants en ce bel après-midi, désignera le point de penalty. Après avoir consulté le VAR, il reviendra sur sa décision… Mais ne donnera pas de carton jaune à Danilo, auteur d’une simulation ! La cerise sur le gâteau. Quoiqu’il en soit, il faudra se battre jusqu’au bout pour espérer encore quelque chose de cette saison. Rendez-vous à Lyon la semaine prochaine.

Retrouvez plus d’actu sur le DFCO sur football addict

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.