Stade Dijonnais: Victoire bonifiée contre Grasse.

Ecrit par Stéphane BLANC Le 18 février 2019 à 19:06

Les rugbymens stadistes ont parfaitement rempli l’objectif du jour ce dimanche à Bourillot à savoir la victoire à 5 points lors du match face à la lanterne rouge Grasse (35/17).

Dans un match sans finalement grande surprise quant au type de jeu proposé par l’adversaire ( pack à très fort tonnage), les Dijonnais, comme à l’aller ont débordé leur adversaire par le jeu d’arrières. Fortement contrés en conquête ( notamment mêlée tout au long du match ), les stadistes ont, cependant, régalé par leur jeu d’attaque rendu propice tant par un terrain printanier que par des joueurs avec des fourmis dans les jambes! Et pourtant, les Grassois malgré la défaite, pouvaient d’une part se satisfaire de ne pas avoir ramener une valise bien plus lourde, mais également pouvaient se targuer d’autre part d’avoir fait déjoué le quinze dijonnais durant les 20 premières minutes de la première mi temps et les 20 dernières de la seconde.

Lucas Liabot, un des marqueurs du jour et dynamiteur de la défense grassoise à plusieurs reprises


Le fil du match

Dès l’entame de la partie, les dijonnais connaissent un démarrage chaotique. Deux touches perdues, une pénalité ratée et 15 premières minutes dans leur moitié de terrain amènent les stadistes finalement à se reprendre et repartir de l’avant juste après la première pénalité des visiteurs à la 19ème minute (0-3). Le coup de fouet est salvateur car dès lors, les stadistes jouent en avançant et vont casser le rideau défensif grassois régulièrement. Un premier essai de l’intenable Liabot (22 ème) servit par Guigon, un essai de pénalité (29 ème) et un nouvel essai de Kafotamaki ( 38 ème), tous transformés par Jules Soulan, voit le stade dijonnais virer à la mi temps sur le score de 21/3. En vingt minutes, les stadistes ont donné le tournis aux visiteurs par du jeu au large, de multiples temps de jeu, et une belle vitesse d’exécution . A ce moment, on ne donne pas cher de la peau de Grassois semblant complètement dépassés par les événements et ne s’en remettant qu’à des placages limites non sifflés par le référé.

Guigon, auteur d’un essai, et Pilet, autre marqueur ont animé l’attaque dijonnaise.

La montée en puissance du collectif dijonnais

Le début de seconde mi temps est conforme aux vingt minutes précédentes et voit les rugbymens dijonnais partir à l’assaut des 22 adverses par du jeu au large, mais pas que, puisque le dynamique Amiot, habituel terrible plaqueur dijonnais, se fend de plusieurs charges dévastatrices . A l’identique, le minot Guigon ( du haut de ses 20 printemps glanés hier) servit par Liabot va porter l’offrande de l’autre coté de la ligne ( 42 ème). 8 minutes plus tard, Planté transperce, tape au pied pour Pilet qui marque…. Jules Soulan, bien sûr ne se fait pas prier pour transformer (35/3) à la 51 ème. Les 10 minutes suivantes malgré l’entrée en jeu de nouveaux joueurs sont du même acabit et ne laissent voir que du bleu et rouge à l ‘attaque……Mais, les dijonnais en resteront là, et se verront devoir ramasser le cuir par deux fois ( 75 et 79 ème) derrière leur ligne contre toute attente. L’émulation d’un match ouvert a finalement eu raison en ces dernières minutes de la discipline et de la rigueur nécessaire pour aller plus avant. Cependant l’objectif est atteint, la victoire bonifiée, et ce d’autant plus appréciée que Niçois et Berjalliens de leurs côtés n’ont pu glaner le point du bonus offensif. Belle confirmation, que les stadistes savent atteindre leurs objectifs d’une part mais surtout que suivant les matchs et l’adversaires, avants et arrières savent être déterminants à propos. La montée en charge du groupe au complet se confirme et laisse présager une fin de première partie de saison très intéressante. Prochaine confirmation, le 3 mars à Bédarrides.

Amiot souvent au coeur des attaques dijonnaises hier

Réactions de Lucas Liabot

« L’ objectif est atteint avec le bonus. 20 min très compliquées en début de match où on se précipite un peu je pense. Derrière ça, petit à petit on prend le dessus car on arrive à conserver le ballon et à multiplier les temps de jeu. Début de seconde mi-temps pareille, on met bcp de rythme on arrive à creuser l écart mais on rate 2/3 occasions qui nous auraient permis de tuer le match définitivement. Du coup, ils en profitent, ils finissent mieux que nous. Ils nous dominent devant. On arrive à mettre bcp de vitesse ce qui nous permet de prendre le dessus. Grâce à ca nos individualités peuvent s exprimer. L objectif est de finir dans les 2 premiers de la poule. »

Lucas Liabot © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

 

Classement, résultats, news, calendrier, effectif... toute l’info du Stade Dijonnais sur la page du club !

 

Commentez cet article