1/8ème de CDF: Mettre l’Elan sous sa Coupe

Après une nouvelle soirée exceptionnelle qui l’a vu battre Nanterre en championnat, les dijonnais n’ont pas le temps de souffler. Ils enchainent en Coupe de France, face à leur meilleur ennemi pour une place en 1/4 de finale de la compétition. L’occasion est belle de se rapprocher du trophée et d’infliger une nouvelle défaite à son voisin. 

Se souvenir de 2006

Voilà près de 4 ans que la JDA n’a pas accueilli un match de coupe de France. Recevoir à l’occasion de ces 1/8ème de finale constitue donc déjà un petit évènement. Par ailleurs, cette compétition fait aussi partie des grands souvenirs du club. En 2006, sous la houlette de Jacques Monclar, à Bercy, la Jeanne remportait ce qui est à l’heure actuelle sa seule coupe de France après avoir battu Orléans 66-58 et sorti notamment Gravelines et Levallois (alors en ProB). Ce souvenir magnifique de ces dijonnais convergeant vers Bercy, la JDA aura à cœur de le conjuguer au futur. Dans une compétition où les surprises sont de plus en plus monnaie courante, tout est ouvert. Cette année, plusieurs têtes d’affiches ont chuté (Strasbourg contre l’ASVEL)ou vont tomber à l’issue de ce tour qui va notamment voir s’opposer Monaco et Limoges. L’Elan Chalon avait écarté au en 1/16ème Pau-Orthez.

Etre confiant mais se méfier de Chalon, un derby reste un derby…

Sur une série impressionnante en championnat à domicile (Strasbourg, l’ASVEL et Nanterre sont tombés au Palais), qualifiée pour la Leaders Cup, 3ème du championnat, la JDA semble sur une dynamique que rien ne peut arrêter. D’autant qu’en face, l’Elan Chalon ne peut en dire autant: non qualifié pour Disney, 13ème du championnat et des résultats en dent de scie ne plaident pas en sa faveur. Mais en basket rien n’est joué à l’avance, d’autant que les Chalonnais sont capables de quelques coups d’éclat, comme leur victoire impressionnante il y a une semaine sur le parquet de Gravelines. S’il est un peu moins décisif ces derniers temps, Chalon possède en la personne de Robinson un joueur capable de scorer à tout moment et de distiller des caviars à ses partenaires. L’orgueil peut aussi jouer: rappelons que la JDA était allée s’imposer sur le terrain de Chalon le 11 novembre dernier (89-81). Si ce match restera déjà comme un moment marquant de la saison dijonnaise, il est bien marqué comme une claque pour Chalon qui avait ensuite enchainé les défaites. Chalon, ne sera pas à Disney vendredi. Avant la trêve hivernale, il aura tout le loisir de se concentrer sur cette rencontre. Enfin, un derby reste un derby et il défie souvent toute règle rationnelle. Alors oui, la JDA devra oublier un temps sa domination actuelle sur son voisin, aborder cette rencontre avec humilité tout en étant sur de sa force. Ils ont battu les Chalonnais à l’occasion d’un match remarquable au Colisée et devant leur public ils auront les clés de la rencontre. A noter que les dijonnais, auront pu récupérer 24h de plus, Chalon ayant joué et perdu contre Pau dimanche soir.

Les clés du match pour la JDA

Comme il l’avait fait au Colisée, Holston devra museler un Robinson qui peut faire mouche à tout moment. Robinson, s’il avait réalisé 9 passes décisives, n’avait pu scorer que 8 points lors de la victoire de la Jeanne au Colisée. Attention également à Sanford.

Passer à l’intérieur: la défense chalonnaise n’est pas infaillible. Lors de la rencontre de dimanche contre Pau, les largesses dans la peinture étaient béantes. Pearson le 11 novembre dernier en avait profiter pour faire une œuvre d’art, compilant 27 points.

Limiter la réussite à 3 points des chalonnais: si Chalon met ses shoots longues distance, comme ils l’avaient fait à Gravelines, ils peuvent faire mal. Son jeu tournant principalement à 6,75m, les empêcher de prendre des tirs ouverts sera déterminant…comme globalement sortir les barbelés en défense.

Se battre sur chaque ballon, notamment au rebond: Chalon est la meilleure équipe au rebond, quand la JDA est avant-dernière…s’il sera compliqué pour la Jeanne de rivaliser, il faudra faire le nécessaire pour limiter la casse et ne pas donner des shoots de seconde chance.

Le retour gagnant de Kinsey: si son retour est aussi fracassant que son attente fut longue, nul doute que Kinsey, enfin opérationnel pourrait jouer un rôle clé dans la rotation dijonnaise.

Comme ils l’ont montré en BCL et à chaque grosse affiche de Jeep Elite, Laurent Legname et ses hommes n’ont pas l’intention de lâcher le moindre match ou la moindre compétition. Comme ils en ont pris l’habitude, ils vont continuer de prendre les matchs les uns après les autres avec une obsession, tout donner, être solidaires et l’emporter. Dans un derby ô combien important, cet état d’esprit ne peut que les animer. Avant la magie de Disney, faire vivre celle de la coupe et du Palais devant ses supporters qui n’attendent que ça!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.