Le DMH bien dans les clous à Caen

Ecrit par Nicolas Goisque Le 9 février 2019 à 15:23

Après sa prestation convaincante pour la reprise de la proligue la semaine dernière face à Saran, le Dijon Métropole handball se rendait chez la lanterne rouge caennaise avec la ferme intention d’enchaîner. C’est chose faite au terme d’une rencontre dominée globalement par les Bourguignons (20-26) mais marquée par un retard à l’allumage dû à des incidents techniques.

_

Ulrich Chaduteaud et son homologue caennais ont choisit de jouer la rencontre © NikoPhot/Archives

Imbroglio réglementaire et mollesse initiale

Alors que les deux équipes sont dans le couloir pour le protocole d’avant match, le délégué de la rencontre suspend ce dernier, souhaitant l’avis de la Ligue nationale de handball pour pouvoir faire débuter la rencontre. La raison ? Des fuites d’eau du toit du gymnase caennais qui tombent sur le parquet, déjà signalées au cours de l’entraînement par les DMH mais qui n’avaient jusqu’alors pas perturbé la préparation. La LNH renvoie la décision aux coachs des deux équipes qui se mettent d’accord pour jouer moyennant un essuyage des zones concernées dès que le jeu se déroule de l’autre côté.

première période bizarre pour Poletti et les Dijonnais £ Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

La rencontre débute alors avec 20 minutes de retard, et visiblement coupées dans leur dynamiques les deux équipent attaquent la confrontation sur un rythme bien mou, d’autant que côté caennais on peine à trouver des solution. « Cette première période est bizarre confie Ulrich Chaduteaud, le coach bourguignon, on est clairement pas dans le rythme que l’on souhaitait mettre ». Néanmoins Dijon prend d’entrée les commandes (2-5, 12′). Cependant dans ce faux rythme Caen s’accroche et reste continuellement à 2-3 longueurs. Pire comme le raconte le technicien dijonnais « en fin de première période, on se précipite un peu en attaque, de leur côté, ils montent sérieusement en agressivité en attaque et on se fait grignoter ». Le DMH conserve cependant un court avantage à la pause (11-12, 30′)

Wassim Helal a encore été précieux © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Petit flottement avant de s’envoler

« On attaque la seconde période pas vraiment serein, suite à ce premier acte un peu bizarre » poursuit Ulrich Chaduteaud. De fait Caen revient à hauteur pour la première fois de la rencontre (12-12, 35′) et le reste durant 5 bonnes minutes (14-14, 40′). « nous ne sommes alors pas au mieux mais Wassim Helal réalise alors une belle période dans sa cage, nous maintient dedans pendant un moment, et nous permet après de nous échapper ». Avec encore 40% d’arrêts ce vendredi soir (12/30) le portier dijonnais, secondé par Laurent Cory (1/3), Maxime Diot étant absent pour protocole commotion, a enchaîné une nouvelle prestation de choix. Porté par une paire d’ailier en verve (Eduardo Reig Guillen 5/5 et jan Sobol 8/8) Dijon reprend ses aises (14-18, 45′).

8/8 pour Jan Sobol impeccable sur son aile © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Efficace en contre-attaques grâce au ballons récupérés par une défense de nouveau efficace, mais aussi avec un jeu d’attaques placées performant, Dijon remet la main sur le match pour ne plus la perdre. On soulignera le très intéressante rentrée de Vincent Maguy, au relais de Boris Bécirovic dans le dernier quart d’heure. Le jeune demi centre dynamite la défense adverse pour offrir des caviars à ses partenaires. Dijon s’impose (20-26) au final.  » On fait un match propre et même très propre en seconde période « conclut Ulrisch Chaduteaud. Provisoirement 4ème Dijon est en tous les cas dans son plan de route dans cette Proligue toujours dure à négocier. Lui manque juste un gros coup à l’extérieur……Allez ça va venir !!

Maguy, a réalisé un super dernier 1/4 d’heure © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

_

_

 

Classement, résultats, news, calendrier, effectif... toute l’info du DBHB sur la page du club !

 

Commentez cet article