JDA-ASVEL: Une montagne pour un exploit

Ecrit par Christophe GAVIGNET Le 26 janvier 2019 à 23:44

Après s’être rassurée mercredi soir en BCL face à Lietkabelis, la JDA va se frotter à l’ogre villeurbannais dont l’effectif est aussi étendu que sa surface financière et qui a encore trouvé le(s) moyen(s) de se renforcer en attirant un ex joueur de NBA, quand les dijonnais joueront encore probablement à 8 joueurs.

Un défi impossible à relever ?

Si l’on ne prenait en considération que les finances, l’effectif et la douche froide du match aller (défaite de la Jeanne 80-62), ça serait sans beaucoup d’illusions que les dijonnais recevraient l’ASVEl de Tony Parker. L’ASVEL compte, comme l’an-dernier, le plus gros budget de la ligue avec plus de 9 millions d’euros et 1 million de plus que l’an-passé, l’année où elle avait déjà battu un record en la matière. Elle dispose par ailleurs de la seconde masse salariale de l’hexagone. Le naming avec le groupe LDLC (il faut désormais appeler le club LDLC ASVEL) explique en grande partie cette nouvelle manne. En rapport avec Dijon, les rhodaniens disposent d’un budget deux fois plus important et d’une masse salariale 2,3 fois plus élevée. C’est avec un effectif aussi pléthorique que talentueux, mixant les expérimentés Bilan et les surdoués Maledon que les hommes de Mitrovic ont attaqué la saison. S’ils ont compté des blessés, l’infirmerie s’est depuis vidée avec notamment le retour de Kaba. Archi leader (avec 13v pour 4 défaites), l’ASVEL s’est en plus attachée les services d’Alexis Ajinca, ex-SIG mais surtout ex joueur de NBA! S’il est probablement à court de forme, il sera bien présent ce dimanche au Palais des Sports et sera un atout de plus pour les visiteurs. Au-delà des noms et des stats, la JDA a déjà subi la foudre au match aller, prenant un vilain 80-62 alors que les deux équipes étaient co-leaders du championnat. A l’Astroballe, les hommes de Legname avaient été très vite dépassés par la vitesse et la justesse de l’ASVEL et n’avaient pas su mettre en place leur défense, encaissant 28 points dans le seul premier quart-temps. Mais à l’aube de cette rencontre, ne prendre en compte que les chiffres et ce match du 03 novembre dernier n’a pas non plus beaucoup de sens. Car depuis, la JDA a maintenu son rang, réalisé de belles performances et a démontré notamment face à la SIG qu’elle savait recevoir! Perdue en attaque lors des deux dernières rencontres, elle a flambé mercredi et a entre autres, pu compter sur le retour de Pearson. L’ASVEL ces derniers temps montre à l’inverse quelques signes de faiblesse, en témoigne les deux revers consécutifs qu’elle vient de subir en championnat: à Nanterre, mais surtout à domicile contre Cholet alors 17ème au classement. Si l’on peut craindre un sursaut d’orgueil, ces deux résultats prouvent aussi que cette équipe est prenable. En observant de près les ingrédients du succès choletais en terre lyonnaise, on se rend compte que la Jeanne dispose des mêmes atouts pour embêter cette équipe villeurbannaise: une grosse défense (l’ASVEL n’avait pu mettre que 68 points et s’en était beaucoup remis à 3 points), un jeu tout en pénétration comme a pu le faire Perrantes et comme Holston en est capable et sans abuser de shoots extérieurs surtout si la réussite n’est pas au rendez-vous. Enfin, en se battant sur chaque rebond comme la Jeanne l’a réalisé face à Strasbourg notamment. Battre l’ASVEL serait un authentique exploit pour une JDA qui devrait encore être à 8 joueurs puisque toujours privée de Kinsey. Mais loins d’être nulles, les chances dijonnaises existent. Une victoire aurait aussi tout du bon coup au classement après que ce samedi soir la SIG ait sombré à Pau, que Le Mans se soit incliné à Cholet et que Bourg ait déjoué à domicile contre Fos. Tous des concurrents au Play-off.

Les clés du match pour la JDA:

Défendre et limiter la relation 1-4 / 1-5, en particulier entre Maledon et Bilan, ce dernier faisant souvent ce qu’il veut dans la raquette. Les empêcher de joueur ensemble sera déterminant quitte à laisser quelques shoots extérieurs ouverts.

Maledon, 17 ans et 1,92m avait fait très mal à la JDA à l’aller avec ses 17 points: Il faudra cette fois le cadenasser, peut-être en mettant d’entrée Axel Julien (1,84m) face à lui afin de limiter son avantage au niveau taille sur Holston (1,68m).

Se battre sur tous les ballons, rebonds offensifs comme défensifs en s’appuyant sur l’énergie de chacun. Loum et Chassang en sont depuis plusieurs matches des exemples en la matière. Par ailleurs, Loum aura un rôle déterminant à jouer face à Bilan pour jouer de sa taille et contrarier le géant croate.

Pearson et Ware au top, ensemble: le premier a retrouvé ses standards mercredi soir, le second devra de nouveau avoir une énorme réussite dans ses shoots sous le panier et à mi-distance.

Jouer et y croire jusqu’au bout: face à Nanterre, l’ASVEL avait le match en mains avant de craquer dans les toutes dernières secondes. Face à Cholet, ils menaient et ont déjoué au milieu du 3ème quart-temps. Quand on sait en plus que la JDA affectionne particulièrement les fins de matchs…

La saison dernière, dans une rencontre de haute volée, la JDA était venue à bout d’une ASVEL qui faisait déjà figure d’épouvantail. A cette occasion, elle avait rappelé à tout le monde que les noms, l’argent peuvent toujours former une somme d’individualités mais pas nécessairement une équipe. Ces derniers temps, la JDA a, à l’inverse, prouvé ce qu’est une vraie équipe. Celle qui rentre sur le terrain, sans peur, avec du cœur, de l’envie et avec la conviction qu’en étant un groupe soudé même dans les moments compliqués, tout est possible…

Entre-deux ce dimanche à 18h30 au Palais des Sports et sur RMC Sport 2!

 

Classement, résultats, news, calendrier, effectif... toute l’info de la JDA Dijon sur la page du club !

 

Commentez cet article