Jeep Elite (J12) : Cette JDA est renversante !

Dans le choc de la 12ème journée de Jeep Elite, face à un adversaire qui était 2ème du classement à égalité avec la JDA, les dijonnais ont réalisé une fin de match complètement folle pour renverser son adversaire. Score final 79 à 75. Une victoire à l’envie qui a fait chavirer le Palais dans une énorme ambiance et conforté la JDA en haut du classement. La Leaders cup est désormais toute proche.    

Une mi-temps équilibrée, assez pâle mais marquée par le show Axel Julien…  

Axel Julien MVP de la rencontre ©Nicolas GOISQUE/NikoPhot

La première mi-temps de la JDA face à Levallois ne restera pas dans les annales. Si les protégés de Legname entame bien la rencontre grâce notamment à une bonne adresse à 3 points (6-2 après une minute de jeu), on sent rapidement les dijonnais en difficulté pour dérouler leur jeu collectif et trouver des solutions à l’intérieur. La faute également à une défense bien en place des banlieusards parisiens. Les débats sont très équilibrés. Levallois crée néanmoins un premier écart (14-21 après 7 minutes de jeu) grâce notamment à Wright déjà très dangereux. Mais la Jeanne recolle grâce à Chassang puis Julien. Axel Julien qui marquera dans la foulée ce qui restera comme l’action de la soirée : sur un joli drive il passe entre deux joueurs de Levallois et s’impose dans la peinture pour aller claquer un dunk monumental ! Tout le banc dijonnais se lève, Pearson posant même la main sur son front, ne réalisant pas bien ce que venait de réaliser son meneur. Ce coup d’éclat restera malheureusement assez isolé dans cette première mi-temps où Dijon, bien que devant à la pause (35-34) apparaît clairement en manque de rythme et d’inspiration.

Wright face à Pearson aura fait du mal à la JDA ©Nicolas GOISQUE/NikoPhot

…Avant que la JDA ne se perde dans le 3ème

En tête après 20 minutes sans avoir développé un grand basket, la JDA pouvait raisonnablement espérer se détacher en début de seconde mi-temps en gommant les lacunes de la première. Si les dijonnais avaient cette idée en tête, ce sont les joueurs de Levallois qui vont la mettre en pratique. En 8 minutes, la Jeanne va subir un cinglant 23-9. Chassang sur quelques belles claquettes, va bien maintenir à peu près les siens à flots, mais les dijonnais semblent complètement perdus sur le terrain. Les joueurs de Levallois, à l’inverse, vont quasiment réussir tout ce qu’ils vont entreprendre à l’image d’un Maxime Roos qui va profiter de plusieurs shoots ouverts pour aligner notamment deux tirs à 3 points et écœurer son hôte comme tout le Palais des Sports. A 2 minutes de la fin, Levallois mène de 13 points (44-57). C’est à ce moment-là que la JDA aurait pu complètement craquer. Mais en 2 minutes, grâce à Loum (dont un dunk rageur) et Kinsey le nouvel arrivé, les dijonnais vont se donner les moyens de passer en dessous des 10 points d’écart et d’espérer (49-57).    

…mais explose tout dans l’acte final  

Ware aura été précieux en fin de match ©Nicolas GOISQUE/NikoPhot

L’étincelle entrevue en fin de période, va finir par enflammer l’équipe dijonnaise comme tout le Palais des Sports. Si Levallois met les deux premiers points en début de 4ème quart-temps, Kinsey de nouveau, dégaine à 3 points ! Le public se lève, Kinsey est déjà adopté et tout le monde sent que ce match peut se gagner (-7 / 52-59). La JDA retrouve son collectif et sur une passe décisive de Julien, Pearson très discret jusqu’alors rajoute 2 points (54-59). Le public pousse les siens, siffle les actions adverses et le match bascule petit dans une autre dimension avec une intensité rare. Un temps mort est alors demandé par Fauthoux, l’entraîneur de Levallois qui sent que le vent tourne. Si Wright met un nouveau 2 points (54-61), Ware va sortir de sa boîte : il plante un deux points avec la faute. Il convertit son lancer franc et ramène son équipe à 4 petites longueurs. La défense de Dijon se montre enfin efficace et Levallois, à son tour, n’y arrive plus. Kinsey récupère un ballon et marque à 2 points. S’en suit une nouvelle perte de balle côté Levallois. Holston peu en réussite jusqu’à ce 4ème quart tems et qui venait de rentrer, prend ses responsabilités et envoie un missile à 3 points ! Le Palais des Sports explose ! Ça y est, les dijonnais sont revenus à égalité (62-62) ! Puis bis repetita, petit ballon d’Holston dans la raquette pour Pearson, qui de nouveau marque avec la faute ! 65-62 ! La tension est extrême, chaque équipe se rend coup pour coup. Levallois ne lâche pas et revient à égalité sur un 3 points de Wright et repasse même devant grâce à Michineau (69-71). Et si la rencontre était un calque de celle face à Gravelines ? Laurent Legname ne l’entend pas ainsi. Il prend un temps mort salvateur et remet ensemble Julien et Holston. Le premier passe pour le second qui envoie de nouveau à 3 points ! 72-71, le Palais est en fusion ! Un Palais qui va voir son équipe défendre comme jamais et Holston rajouter 3 nouveau points (un lancer franc et un tir à 2 points). Il reste 1’06 à jouer. Levallois est alors à l’attaque. Johnson, le long du terrain tente de partir en dribble pour une opération dernière chance mais marche sur la ligne ! Le coup de sifflet de l’arbitre résonne comme celui de la délivrance ! Le public est debout et accompagne Leloup qui met deux lancer francs (77-71). Ukic, à 30 secondes de la fin met lui aussi deux lancers (77-73), mais dans la foulée Axel Julien relance rapidement. Sa vista lui permet de trouver Ware qui va claquer un énorme dunk ! 79-73 à 25’ du terme. C’est presque fait. Levallois mettra un dernier panier à 2 points, mais c’est bien la JDA qui s’impose au terme d’une rencontre forte en émotions ! Émotions qui rimeront avec frustration pour Levallois. Fauthoux, l’entraîneur parisien, invectivant le corps arbitrale dès la fin du match. Un échange très vif qui pourra valoir sanction au technicien.   

L’analyse, les clés du succès : 

C’est avant tout la victoire d’un collectif, d’une équipe soudée ©Nicolas GOISQUE/NikoPhot

La rencontre a été très disputée : la faute déjà à une équipe de Levallois qui aura été longtemps très en réussite et bien plus agressive en défense qu’à l’accoutumé. Wright notamment aura fait beaucoup de mal. Il terminera avec 18 points et 21 d’évaluation. Johnson et Roos respectivement 16 et 14 points auront aussi été des poisons pour le dijonnais, tout comme les 6 rebonds captés par Yarou.

En face, Dijon a longtemps déjoué, ne trouvant pas la faille à 2 points et usant de shoots longue distance. Mais surtout, le collectif dijonnais une fois retrouvé aura amené le danger de partout. Si à Levallois la marque se concentre essentiellement sur 3 joueurs, la JDA compte 4 joueurs à 10 points et plus (Ware, Pearson et Julien avec 13 points, Holston avec 14 points). 5 joueurs ont une évaluation supérieure à 10. Les dijonnais ont compilé 21 passes décisives, dans ses standards de la saison elle qui est la plus performante de la ligue dans ce domaine. Preuve que le ballon a globalement bien tourné et c’est en jouant davantage à deux points que Dijon a été le plus performant.

La défense, bien qu’inégale tout au long de la partie, aura joué un grand rôle. Le dijonnais limitent finalement Levallois à 75 points pourtant sur une moyenne de 83 cette saison.

Kinsey aura réussit ses débuts avec la JDA ©Nicolas GOISQUE/NikoPhot

La première réussie de Kinsey qui en moins d’une semaine semble déjà bien dans le collectif dijonnais. Il a apporté pour sa première avec notamment ses 7 points dans des moments particulièrement clés du match. Il termine avec 9 d’évaluation.

Axel Julien : ce joueur dispose d’un talent énorme et semble avoir encore progressé cette saison. C’est sous son impulsion que la JDA reste dans le match en première mi-temps. Il a insufflé une énergie incroyable à tous ses partenaires et a su les faire jouer en distillant pas moins de 9 passes décisives Un capitaine modèle qui terminera d’ailleurs MVP de la rencontre.

Cette victoire est clairement celle de tout un groupe. Si à Limoges Holston était allé chercher la victoire à lui tout seul, samedi soir c’est tout l’équipe qui a produit son effort dans les dernières minutes. Solidaires jusqu’au bout, ces joueurs respirent la combativité, le dépassement de soi et la joie d’évoluer ensemble. Ce deuxième succès d’affilé, associé à des résultats favorables (défaites de Chalon, du Mans et Monaco notamment) permet à la JDA de voir s’entrouvrir les portes de la Leaders Cup. A 5 journées de la fin de la phase aller, ça commence à sentir bon. Mais il faudra aller chercher encore au moins deux victoires. Dès samedi prochain à Monaco ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.