Le grand 8 pour le stade dijonnais qui domine Nice

Ecrit par Nicolas Goisque Le 6 novembre 2018 à 20:12

Match de haut de tableau ce dimanche à Bourillot, puisque le Stade Dijonnais, Leader in vaincu recevait le Stade Niçois, troisième (tout en comptant un match de retard) pour un match qui s’annonçait serré. C’était en outre pour les Dijonnais le premier d’une série de trois matchs (un bloc comme disent les coach du stade) qui les opposent à leurs trois poursuivants au classement. Une première levée remportée par les stadistes (23-18) qui leur permet de réussir le grand huit en cette période de fête foraine à Dijon avec 8 succès en autant de rencontre.

 

250 PHOTOS DE LA RENCONTRE ICI

LES REACTIONS D’HUGO ALARCON, DE QUENTIN PILET ET DE TOM PATERSON DANS NOTRE DEBRIEF VIDEO ICI

 

On était prévenu, Nice débarquait à Bourillot avec la réputation d’une équipe coffre fort, redoutable en défense. De fait Dijon a eu plus de mal que lors des dernières rencontres à développer du jeu. Une fois de plus,la botte de Jules Soulan a donc été précieuse avec 18 des 23 points inscrits par Dijon ce dimanche.

 

Frédéric Gendre s’en va inscrire le seul essai dijonnais © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Un seul essai pour le Stade

C’est d’ailleurs l’ouvreur dijonnais qui déflorait le score à la 7ème minute (3-0,7′). On assiste d’ailleurs durant une demi heure à un duel de buteur avec un et avantage pour Soulan sur son homologue niçois Florian Romain et le score est de 9-3 après 30 minutes. On a alors jusque là pas eu vraiment de quoi s’enflammer, les défenses étant effectivement bien en place et les quelques amorces d’attaques côté Dijon notamment ne donnant pas grand chose faute de réussir à enchaîner. Un éclair cependant à la 31 ème quand Jules Soulan encore lui est à la relance, il adresse un coup de pied par dessus la ligne défensive azuréenne. Le centre dijonnais Lucas Liabot est le premier sur l’ovale et il avance sur 20bon mètres avant de décaler son ailier Quentin Pillet qui se fait stopper in extremis. Qu’à cela ne tienne, le troisième ligne Frédéric Gendre ramasse le cuir et tend le bras pour le seul essai stadiste du jour. (14-3, 31′). Nice pousse alors et investit un temps le camp des locaux. La défense résiste un temps mais finit par craquer, Hugo Alarcon récolte un carton jaune et en toute fin de première période, Nice recolle suite à une pénaltouche et un ballon porté jusque dans l’embut par le pack niçois. 14-8 à la pause. Rien n’est fait.

 

La botte de Jules Soulan est toujours aussi précieuse © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Nice arrache le bonus défensif

Rien de vraiment flamboyant non plus après la pause, les défenses tenant toujours plutôt bien la route des deux côtés. On assiste plus à un concours de plaquages qu’à de grandes envolées.  Le stade est souvent sifflé, Parker voit jaune à son tour mais la mêlée dijonnaise met à mal sa vis à vis et récolte de nouvelles pénalités. Soulan fait ainsi grimper la marque qui atteint 23-11 à 10 minutes du terme, un matelas assez intéressant. Ce sont toutefois les visiteurs qui auront le dernier mot à la marque après avoir une nouvelle fois fait le siège du camp dijonnais et bénéficié de pénalités à répétition c’est le troisième ligne fraîchement rentré en jeu, Jérémy Malavard qui aplatissait en coin , un essai transformé par Romain (23-18, 78′). Au bout de long arrêt de jeu la délivrance arrivait pour les travées de bourillot, Nice mettant de façon surprenante le dernier ballon en touche, sans doute satisfait du point de bonus défensif. Le stade poursuit ainsi sa route jusqu’alors triomphale.

 

 

Classement, résultats, news, calendrier, effectif... toute l’info du Stade Dijonnais sur la page du club !

 

Commentez cet article