Dans le Rhône La Jeanne s’incline sur un score fleuve

Ecrit par Christophe GAVIGNET Le 4 novembre 2018 à 22:54

Alors que la JDA pouvait espérer un résultat malgré un énorme adversaire, il n’y aura malheureusement pas eu match entre l’ASVEL et les protégés de Legname (80-62) ! Battue dans tous les domaines c’est très logiquement que la JDA s’incline sur le parquet de villeurbannais à qui tout a sourit.

 

Un match à oublier… 

Ware, malgré ses 13 points et 17 d’éval n’a pu empêcher la défaite ©Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Ce match entre l’ASVEL et la JDA, aura été l’histoire d’une rencontre entre une équipe en pleine réussite et une autre qui n’aura jamais pu trouver le bon tempo. Au-delà du score, qui respecte une certaine logique, la manière a été assez décevante.  

Nous jouons depuis quelques secondes, Villeurbanne rate son premier shoot, rebond pour la JDA. Dans la foulée David Holston prend la mène et fait…un retour en zone… Le signe finalement que cette soirée allait être, très mais alors très compliquée. A quelques exceptions près, le ressenti est que toute l’équipe est globalement passée au travers et que le collectif dijonnais n’a jamais pu vraiment s’exprimer. Un exemple de de cette difficulté, Ware, marquera les 6 premiers points de la JDA avec des positions de shoots pas toujours évidentes et des combinaisons toujours un peu similaires tentées par les dijonnais. Aussi, en rentrant un peu dans le détail, le zéro d’évaluation de Leloup, joueur indispensable à la JDA, le zéro d’évaluation de Loum, le -2 d’évaluation de Pearson, celui qui est l’un de nos tous meilleurs joueurs et dans une moindre mesure le 4 d’Arnold, ont très largement contribué au naufrage. En face il faut bien avouer que l’équipe rhodanienne a déroulé, se payant même le luxe d’introduire plusieurs jeunes et de voir Théo Maledon, 17 ans, inscrire son record de points en carrière (17 pts.). Si le jeune villeurbannais est très talentueux ses statistiques témoignent aussi d’un gros écart dans l’envie et dans la cohésion entre les deux formations, samedi soir en tout cas…Comme nous l’évoquions et le craignions, l’intérieur Miro Bilan a également fait énormément de mal, notamment aux rebonds, en en captant 7 dont 2 offensifs et mettant encore une fois en évidence les difficultés dijonnaises dans cet exercice. Le croate terminera avec 25 d’évaluation et 14 points… Au final, la bande à Legname termine sur une lourde défaite, proche de celle déjà encaissé en match de préparation et sans que l’on ait senti la Jeanne en mesure d’inquiéter les rhodaniens.

 

Pearson devra impérativement retrouver son niveau pour aider l’équipe ©Nicolas GOISQUE/NikoPhot

…ou dont il faudra tirer les leçons pour l’avenir 

Il n’y a finalement pas grand chose de plus à évoquer dans un match à sens unique. Alors que retenir? Déjà que la fatigue était perceptible sur les visages et dans l’agressivité des joueurs de la cité des Ducs. Une fatigue compréhensible et qui est forcément beaucoup plus pesante quand votre jeu repose avant tout sur la défense. Une fatigue qui renforce aussi un peu plus la nécessité pour chaque joueur d’apporter au collectif.  Seuls Chassang, Ware, Emegano et Holston ont tenté de garder le navire à flots. Holston perdant malgré tout près de 5 balles à lui tout seul. Retenir aussi que l’agressivité doit être utilisée à bon escient (trop de fautes ont été données sur des phases où les joueurs dijonnais étaient déjà battus). Après 5 minutes de jeu, la JDA comptait déjà 5 fautes, l’ASVEL, aucune. Il faudra aussi retenir la nécessité de parfois jouer plus simple, comme la JDA a pu faire par séquences. Le mouvement: les joueurs de l’ASVEL étaient toujours en mouvement, provoquant des fautes, des shoots ouverts. Une leçon, basique certes, mais à retenir pour les prochaines échéances. Et puis retenir aussi du positif. Le premier élément positif c’est l’enchaînement des matchs: comme le confiait Axel Julien au micro de SFR Sport, « le fait de jouer dès mardi » évitera aux bourguignons de trop gamberger… Oui, l’enchaînement des matchs peut aider, il peut aussi peser si la victoire n’est pas au bout… À la fatigue physique d’un groupe restreint peut s’ajouter la fatigue mentale, celle qui vous plonge dans des spirales négative et peut vous mettre dans le doute pour un long moment… À Dijon de se rassurer, de capitaliser sur les bonnes choses du début de saison et aux cadres d’assumer leurs statuts. 

Laurent Legname attend une réaction © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Dans les jours qui viennent, il faudra ainsi que ce groupe retrouve de l’intensité en défense et un collectif qui a si souvent fait sa force comme lors de ce match contre Pau, arraché malgré l’absence d’Holston… Il est certain enfin que Laurent Legname appréciera de retrouver un Ryan Pearson à son vrai niveau. Depuis sa blessure, il éprouve beaucoup de difficultés à s’imposer. Il semble souvent manquer de repères, notamment sous le cercle alors qu’il avait habitué les supporteurs à des actions de classe et une capacité à embarquer une défense à lui tout seul. Nul doute que Laurent Legname et son staff feront le nécessaire pour apporter une éclaircie dans un ciel qui s’est très largement obscurci ces dernières rencontres…

Rendez-vous dès mardi soir, 18h, face aux lituaniens de Lietkabelis pour, à minima montrer un tout autre visage. 

 

Classement, résultats, news, calendrier, effectif... toute l’info de la JDA Dijon sur la page du club !

 

Commentez cet article