Un sérieux test pour le Stade Dijonnais qui reçoit Nice

Ecrit par Nicolas Goisque Le 3 novembre 2018 à 14:52

Fort de sa première place au classement de la poule après ses 7 victoires de rang en autant de rencontre, le Stade Dijonnais va affronter sur les trois prochaines journées ses trois poursuivants immédiat, Nice Hyères et Bourgoin. Dès ce dimanche, il y aura fort à faire face à une rugueuse équipe niçoise aux ambitions affichée et qui s’est par exemple imposée à Mâcon ou a chuté de très peu à Chambéry (sa seule défaite à ce jour). D’ici la fin de la phase aller on risque donc d’en savoir un peu plus sur les possibilités dijonnaises à jouer les premiers rôles jusqu’au bout dans sa poule.

 

 

Un excellent test pour Kafotamaki et cie © Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Ce vendredi en conférence de presse, le président Vernier a précisé que les objectifs du stade n’étaient pas revus à la hausse et restait la qualification aux phases finales, tout en précisant que l’appétit venait forcément en mangeant. Renaud Gourdon présentait lui, avec gourmandise donc le bloc de 4 rencontres restant dans la phase aller, forcément révélatrice pour son groupe.

 

Maintenir le cap

Voilà qui pourrait être le mot d’ordre en ce weekend de départ de route du Rhum. Avec son début de championnat le Stade Dijonnais aborde cette série de gros matchs et donc la réception de Nice avec une belle dose de confiance et aussi quelques certitudes sur son jeu. Mais attention, comme en mer, le vent peut vite tourner en rugby. La semaine de repos a fait du bien de l’aveu de Tom Paterson et Frédéric Gendre (cf conf de presse). L’infirmerie dijonnaise n’est pas trop remplie, même si Thomas Guigon en grande forme depuis plusieurs matchs sera absent ce dimanche pour une pointe au mollet. On sait que Dijon a encore des points à améliorer, la constance notamment, avec la nécessité de réduire au maximum , les sautes de concentration ayant parfois remis des adversaires dans les matchs. Les forces de Nice sont bien identifiées, avec une grosse défense, un pack très costaud, mais aussi des armes sur les lignes arrières. Le statut dijonnais a sans doute changé dans les têtes de ses adversaires; aux joueurs d’utiliser les leurs, ainsi que leurs jambes pour continuer d’impressionner la concurrence.

 

Nice veut grandir

Promu l’an dernier de fédérale 2, le Stade Niçois nourrit de réelles ambitions et n’a rien d’un simple faire valoir. L’équipe qui se présentera ce dimanche à Bourillot est un savant mélange de joueur du cru, et de renforts aux accents notamment britanniques ou chtis comme le souligne Renaud Gourdon. En effet pas moins de 4 anciens Lillois ont traversé la France du nord au sud pour rejoindre les rangs azuréens : le solide pilier géorgien Giorgi Chkhaidze, le deuxième ligne Antoine Lefebvre et les deux ailiers Rémy Defives et Charles Kande, des joueurs rompus à la fédérale 1.

Le Stade va-t-il poursuivre son sans faute ?
© Nicolas GOISQUE/NikoPhot archives

Mais le plus gros contingent parle anglais avec pas moins de 4 écossais et 2 anglais. On retrouve ainsi le demi de mêlée écossais Nick McClennan, son compatriote d’origine sud africaine Tyrone Holmes en 2ème ligne, toujours écossais le centre Cameron Hutchinson ou l’autre deuxième ligne Hamish Bain. Pour compléter, l’anglais Archie Erskine lui aussi 2ème ligne et enfin le pilier Charlie Capps, lui aussi anglais. Quand on sait que ces joueurs sont passés par Edinbourg, Glasgow ou Newcastle, ça cause rugby tout ça. Bref Nice est armé pour jouer les cadors et poursuivre son ascension entamée il y a quelques saisons. Un test pour le stade on vous dit !

 

Classement, résultats, news, calendrier, effectif... toute l’info du Stade Dijonnais sur la page du club !

 

Commentez cet article