Le DFCO féminin a réalisé son rêve

Mission accomplie ! Devant un public nombreux, les Dijonnaises ont validé leur première accession en Division 1 en disposant d’Ambilly (4-0). Une montée historique célébrée comme il se doit !

 

Corne ouvre le score

Charlyne Corne a fait le plus dur en ouvrant le score (C) NICOLAS GOISQUE / LEMOUSTICPRODUCTION

Les spectateurs sont en nombre, et les Lingon’s Boys bien en place pour mettre l’ambiance, à l’occasion de ce match décisif. Plusieurs joueurs de l’équipe professionnelle ou encore Olivier Dall’Oglio ont aussi répondu à l’appel afin d’assister à ce qui pourrait être un moment historique pour la section féminine, et le club. Face à Ambilly, qui lutte pour son maintien, le match semble être la portée du DFCO mais les Dijonnaises mettent toutefois un peu de temps à rentrer pleinement dans leur partie. Elles se procurent tout de même quelques occasions, sans parvenir à conclure, notamment avec une belle tentative de ciseau de Fatoumata Baldé. C’est finalement à la demi-heure de jeu que la libération arrive. Sur un corner de l’inévitable Tatiana Solanet, Alexia Trevisan voit sa tête repoussée par la barre. Charlyne Corne est à la retombée et place une reprise de volée imparable, pour marquer son premier but personnel de la saison et surtout ouvrir le score (1-0). Le public se libère alors un peu plus mais surtout les joueuses, qui déroulent jusqu’à la mi-temps. À commencer par Tatiana Solanet, comme souvent intenable, qui s’échappe côté gauche et va marquer en solitaire pour faire le break (2-0).

Le DFCO avec sérieux

Ophélie Cuynet, qui tenait tant à cette montée, a aussi inscrit son but (C) NICOLAS GOISQUE / LEMOUSTICPRODUCTION

Juste avant la pause, c’est Ophélie Cuynet qui place sa tête sur un nouveau corner de Tatiana Solanet pour porter le score à 3-0. Le plus dur est clairement fait, et on voit mal les Savoyardes revenir dans le match bien qu’elles sont loin d’être ridicules et se sont procurées quelques occasions. La seconde période repart sur les mêmes bases, Laura Bouillot a l’occasion de participer à la fête mais voit sa frappe filer au-dessus après une énième action de Tatiana Solanet. C’est finalement sur un beau service d’Ophélie Cuynet que la meilleure buteuse dijonnaise y va de son but, en marquant de la tête elle aussi (4-0). Le reste de la rencontre est un peu moins animé, mais les Dijonnaises obtiennent encore de belles occasions. Lancée dans la profondeur, Laura Bouillot efface la gardienne mais oublie ensuite un peu Marina Josserand en retrait et sa tentative est repoussée par une défenseuse adverse. Élodie Nakkach se sera également plusieurs fois essayé à la frappe mais sans parvenir à cadrer.  En toute fin de match, Tatiana Solanet réalise un nouveau festival mais voit sa frappe du gauche rebondir devant la ligne après avoir touché la barre. Pour le coup les solutions de centre en retrait, ou au second poteau avec Marina Josserand qui était encore une fois libre, semblaient plus évidentes mais impossible d’en vouloir à la fantasque meneuse de jeu qui a de nouveau réalisé une prestation éblouissante.

Une montée amplement méritée

En tribune comme au bord du terrain, le stade des Poussots était des plus garnis ce dimanche (C) NICOLAS GOISQUE / LEMOUSTICPRODUCTION

Le coup de sifflet final est donné et, après un petit moment, les Dijonnaises peuvent laisser éclater leur joie. Après avoir terminé 2èmes, « à la place du con », aux deux dernières saisons, elles sont enfin parvenues à réaliser leur rêve. Et de quelle manière ! Il y a quelques temps, peu de personnes auraient parié sur une accession obtenue deux journées avant la fin du championnat, avec 7 points d’avance sur Saint-Étienne. La fête est forcément belle, avec des scènes de joie et des réactions que vous pouvez retrouver dans le dernier debrief week-end. Cela vient récompenser une très belle saison, avec 17 victoires en 20 matchs, où le DFCO a quasiment toujours dominé les débats et souvent produit du beau football. Il restera désormais encore deux matchs pour terminer la saison de la plus belle des manières, dont le dernier contre Nîmes qui pourrait peut-être se jouer à Gaston-Gérard.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.