La JDA régale face au Mans

Ecrit par Nicolas Goisque Le 23 janvier 2018 à 13:43

Cette année, la JDA Dijon Basket est sur courant alternatif, parfois décevante voire absente des débats, elle sait aussi être brillante voire brillantissime. C’est à cette deuxième catégorie, qu’appartient la performance réalisée ce lundi soir face à une belle formation Mancelle. Au cours d’une rencontre intense et longtemps indécise, les Dijonnais ont fait la décision en toute fin de match devant un palais en fusion (82-72).

 

Les absents ont toujours tort a-t-on coutume de dire. Cela s’est vérifié hier soir dans un palais des sports pas forcément plein comme un oeuf , mais dans lequel les supporteurs présents ont assisté à une magnifique rencontre de basket, conclue de la meilleure manière par leur équipe favorite, la JDA.

 

Superbe match et belle opposition à l’image ici de Yeguete et Alingué © Nicolas GOISQUE/NikoPhot/LMP

Mano à Mano

Comme un symbole de ce qui va suivre, c’est Jacques Alingué, qui du haut de ses 2m03 semble bien petit face à son homologue manceau Youssoupha Fall, 2m21, qui cueille le coup d’envoi devant le  géant Sarthois. Non content de son coup il remet ça une minute plus tard pour claquer un dunk au nez et à la barbe du grand Youssoupha. Vexé ? Le pivot visiteur répond du tac au tac et dunk à son tour (4-5,2′)Le ton est donné. Côté manceau Riley se rappelle au bon souvenir du palais avec quelques paniers de contorsionniste dont il a le secret. Mais la Jeanne est clairement présente en ce début de rencontre et défend bec et ongle, nécessaire face à une belle machine mancelle. Alingué est décidément chaud et engrange (8pts pour lui sur ce premier quart), tandis que les gâchettes mancelles, Riley en tête (9 points en 10 minutes) repoussées à l’extérieur par la défense locale, enquillent à 3 points  (4/6). Rion Brown finit bien ce 1er quart côté Dijon avec 5 points de rang dont un tir primé (le seul côté dijonnais durant ces 10 minutes tant les solutions ont été trouvées à l’intérieur) et après un premier acte de toute beauté les deux formations sont dos à dos (21-21, 10′).

 

Mykal Riley a assuré le spectacle notamment en première période © Nicolas GOISQUE/NikoPhot/LMP

Légère avance mancelle à la pause

En l’absence de JJ Frazier écarté du groupe dans la semaine, c’est Rasheed Sulaimon qui relaie le capitaine Axel Julien à la mène. On se rend toujours coup pour coup et c’est DJ Stephens l’ailier visiteur qui est le plus en vue en ce début de second quart (7 points en 4 minutes 26-28,14′). Survient alors un incident arbitral, Valentin Bigote semble bien subir une faute assez nette juste devant le banc dijonnais mais l’arbitrage ne bronche pas et Stephens plante un 3 points sous les huées du public et les regards de Dijonnais s’étant quasiment arrêtés. Laurent Legname crie sa rage et prend une technique. Justin Cobbs n’a que faire des sifflets, il enquille le lancer puis marque dans la foulée donnant 6 points d’avance au Mans (28-34,15′). L’incident va-t-il faire sortir la JDA de son match. Que Nenni, Sulaimon prend les choses en main (9 points sur ce quart temps), un trois points par ci, deux passes décisives pour Bigote par là. A la pause la JDA est dedans (40-44) et aurait même pu être à un point, Julien interceptant en filou mais ratant de peu son 3 points sur le gong. Quel match !!

 

Axel Julien le capitaine dijonnais a parfaitement dirigé ses troupes © Nicolas GOISQUE/NikoPhot/LMP

Dijon monte en puissance

La Jeanne revient sur le parquet le couteau entre les dents. La défense « saute » sur tout ce qui bouge, le Mans accumule les pertes de balle et boum Alingué et cie claquent un 7-0 d’entrée avec un dunk rageur du grand jacques pour reprendre les commandes du match (47-44, 24′). Eric Bartecheky remet un peu d’ordre dans les rangs en prenant un temps mort et le Mans rentre enfin dans sa seconde période (47-48, 25′). Cela tourne vite en basket !! Brown, Pearson et Julien sont à l’oeuvre durant cette fin de quart, poussés par un public ravi qui voit ses favoris conserver une défense de feu à l’image d’une grosse présence d’Alingué. Dijon n’encaisse que 12 points lors de ce troisième quart que clôt Sulaimon sur une grosse action personnelle. Les Bourguignons ont repris les commandes mais rien n’est encore fait (61-56, 30′).

 

Money Time pour Dijon

Le spectacle et l’intensité sont en tous les cas au rendez-vous et on se régale. Rasheed Sulaimon est chaud bouillant et porte d’entrée l’avance dijonnaise à + 8 d’un superbe shoot primé (64-56, 31′). Mais le mans est loin d’avoir renoncé. L’arrière sarthois Chris Lofton le rappelle au palais avec 5 points en une minute dont un stratosphérique 3 points, Terrence Tarpey y va aussi de son shoot au-delà de la ligne et revoilà les Sarthois dans les pas dijonnais (72-70,36′).

Avec 23 points Rasheed Sulaimon termine MVP du match © Nicolas GOISQUE/NikoPhot/LMP

On entend d’ici Georges Eddy « its money time baby !! ». Brown, précieux ce soir (15 points pour l’ailier américain) puis Sulaimon sur un « and one » redonne 7 longueurs d’avance, faisant vrombir le palais (77-70,38′) et temps mort pour Bartecheky. Roméo Travis ramène les siens à 5 points dans la foulée, mais sur une belle défense dijonnaise, julien qui file au panier est stoppé par Eito; faute technique et 3 lancers sur 3 pour le capitaine dijonnais. Le Mans abdique enfin et Rasheed Sulaimon, MVP de la rencontre avec 23 points pour  19 d’évaluation (tout comme Axel Julien) clôt l’affaire avec un dernier panier spectacle (82-72, 40′), un régal !

 

 

Classement, résultats, news, calendrier, effectif... toute l’info de la JDA Dijon sur la page du club !

 

Commentez cet article