Le CDB à Nantes pour confirmer Chambray

Ecrit par Nicolas Goisque Le 6 janvier 2018 à 11:20

Au soir de sa reprise réussie face à Chambray, le Cercle Dijon Bourgogne se réjouissait bien sur de cette seconde victoire et se projetait sur Nantes en affirmant par les voix de son coach et de sa capitaine qu’il fallait prendre les matchs un par un sans en cibler particulièrement ou faire d’impasse. Enchaîner un second succès serait à la foi une excellente opération comptable qui relancerait les Dijonnaises et renforcerait la confiance.

 

Nantes, actuel 6ème avec un bilan de 7 victoires pour 5 défaites a repris par un revers à Brest. Chez elles, coéquipières des championnes du monde Blandine Dancette et Kalidiatou Niakate sont invaincu depuis la première journée (battues déjà par Brest). C’est donc un challenge de taille qui attend le CDB.

 

Dijon a montré beaucoup de hargne et de solidarité face à Chambray © Nicolas GOISQUE/NikoPhot/LM

Ne pas se prendre la tête

Même si sa situation reste très précaire au classement, Dijon a décidé de ne pas tenir compte du classement et de jouer ses matchs un par un sans se poser de questions. Sans doute plus facile à dire qu’à faire, néanmoins moins les tête gambergeront et mieux les coéquipières de Joanna Lathoud pourront éventuellement remonter progressivement des places et se donner des chances de bien réussir leur phase retour. Face à Chambray, on a vu une défense agressive à souhait, principalement en seconde période et une équipe extrêmement solidaire, ne s’attardant pas sur ses échecs mais se remettant à l’ouvrage dès l’action suivante. On ne lui en demande pas plus. On a constaté qu’une Skolkova reposée

était un atout évident et il faudra s’en souvenir en lui ménageant des pauses (dans la mesure du possible). Le retour progressif de Déborah Kpodar devrait en cela être intéressant à plus d’un titre. Outsider Dijon peut compter sur son état d’esprit et l’envie de ses jeunes joueuses qui montrent de plus en plus de belles choses à l’image des deux ailières Sylla et Bouchard, propulsées au devant de la scène cette année par les absences rapides et à long terme de Deroin et Terzi. Dijon a des atouts, à lui de les jouer à bon escient et advienne qu’adviendra.

le groupe dijonnais : Ben Slama, Bouchard, Brochot, Dewez, Gravelle, Kpodar, Lahcène, Lathoud, Moretto, Paulsen, Rysannkova, Skolkova, Sylla, Vukovac  Asences : Leborgne Deroin

 

Récente championne du monde, Kalidiatou Niakaté est l’iune des armes offensives nantaises © Nicolas GOISQUE/NikoPhot/LM

Nantes vise haut

Avec 6 arrivées de choix à l’intersaison, pour autant de départ, le Nantes Loire Atlantique Handball a annoncé par la voix de son président Arnaud Ponroy viser le top 4 de saison régulière. Si Nantes a « perdu » son bras armé Stoiljkovic, partie un peu plus à l’ouet rejoindre Brest, il a recruté du « lourd » l’immense pivot espagnole Elisabeth Chavez a ainsi rejoint la Bretagne, sa compatriote Béatriz Escribano, et est un point de fixation précieux dans les défenses adverses. Les deux internationales françaises, donc récentes championnes du monde Blandine Dancette et Kalidiatou Niakate, apportent expérience et force défensive notamment pour la première, insouciance et force de frappe pour la seconde. Ajoutons à cela l’excellente gardienne Armelle Attingré (actuellement blessée mais Gervaise Pierson n’est pas la première venue non plus) , la demi centre internationale croate Basic (blessée au dos et déception pour l’instant) et la Norvégienne Anette Hansen et on comprendra que Jan Basny dispose d’un effectif d’une rare richesse. Pour Nantes, pas de question la victoire sur Dijon est impérative, aux troupes du « Maréchal » de contrarier cette feuille de route.

 

 

 

Classement, résultats, news, calendrier, effectif... toute l’info du CDB sur la page du club !

 

Commentez cet article