Pas de miracle pour le CDB face à Metz

Ecrit par Nicolas Goisque Le 29 octobre 2017 à 12:13

La logique a tout simplement été respectée hier soir au palais des sports où le Cercle Dijon Bourgogne n’a rien pu faire face au Metz handball leader incontestable et incontesté jusqu’alors de la LFH. Menées de dix longueurs à la pause, les Dijonnaises ont réussit une meilleure seconde période, bien que continuant à subir la loi de Béatrice Edwige, toujours heureuse de retrouver Dijon, et de ses coéquipières. Au final l’addition est aussi lourde que normale (17-32).

 

Christophe Maréchal aligne un 7 habituel en ce début de rencontre mais le suspens ne dure pas très longtemps. La mobylette messine sur l’aile gauche Marion Maubon, s’envole par trois fois, les cadres Zaadi ou Gros lui emboîte le pas et en 10 minutes les visiteuses ont déjà pris le large 2-7, 11′. Plus embêtant encore, Eloïse Dewez touchée au bas ventre sur un coup de genou involontaire de Marie Hélène Sajka doit  quitter ses partenaires et se faire longuement soigner à côté du banc de touche.

 

Marion Maubon avait parfaitement lancé le match messin avec 3 buts en 5 minutes © Nicolas GOISQUE/NikoPhot / LMP

Dijon en panne d’attaque.

Christophe Maréchal prend un premier temps mort et dans la foulée Barbara Moretto seule buteuse dijonnaise du premier quart d’heure inscrit son troisième but personnel (3-7,13′). Mais si le côté gauche dijonnais s’en sort correctement, Skolkova et Paulsen sont plus en difficulté face à l’immense arrière garde messine symbolisée par le Duo Edwige/ Smits, véritable mur infranchissable contre lequel viennent se fracasser les tentatives des deux dijonnaises. Quand cela passe, c’est Marina Rajic dans sa cage qui fint le travail (6/10 en 23mm)Metz pendant ce temps continue d’engranger Zaadi distribuant bien le jeu ou prenant parfois les affaire en main comme sur ce formidable coup de poignet exécuté quasiment à l’arrêt face à une défense locale impuissante.

Toujours impressionnante en défense, Béatrice edwige y est allé de son petit but face à son ancien club © Nicolas GOISQUE/NikoPhot / LMP

L’écart grimpe inexorablement, malgré Héléna Rysankova venant au relais de Moretto (3-9,17′, 4-12,25′). La jeune Manon Brochot ayant un peu de temps de jeu y va crânement de son but, mais à la pause, la récolte dijonnaise est bien maigre et Metz se balade (6-16,30′)

 

Inexorable

Emmanuel Mayonnade peut lancer la jeune Ophélie Tonds 19 ans dans les buts messins en toute tranquillité. La seconde période débute avec deux pertes de balle dijonnaises équivalant à deux contres éclairs conclus par Ana Gros Manon Houette. Christophe Maréchal dégaine aussitôt son temps mort, souhaitant un minimum de rébellion de ses troupes. Paulsen trouve enfin la solution et Bouchard ajoute même un troisième but de rang dijonnais (9-18, 36′). Mais la défense mosellane récupère toujours autant de ballon, munitions que Houette notamment se fait un plaisir de convertir, mise sur orbite en contre attaque par ses coéquipières.

5/8 pour Héléna Rysankova meilleure scoreuse dijonnaise du soir @ Nicolas GOISQUE/NikoPhot / LMP

Le scénario restera peu ou prou le même jusqu’à la fin, Dijon se montrant un peu plus efficace qu’en première période, notamment grâce à quelques arrêts de Ben Slama, quelques contres de Sylla faisant apprécier sa vitesse et sa puissance, et quelques tirs de Rysankova. Manon Brochot et Marion Gravelle qui auront  eu 1/4 d’heure de temps de jeu pour faire souffler Martina Skolkova et Joanna Lathoud auront eu du mal malgré plusieurs prises d’initiatives notamment de la première nommée. Symboliquement la relève messine Sajka et Kanor , toutes les deux 20 ans, se charge de clore les débats pour ce soir (17-32,60′). Metz est tout simplement trop fort.

 

 

 

Classement, résultats, news, calendrier, effectif... toute l’info du CDB sur la page du club !

 

Commentez cet article