Valence-DBHB, les Dijonnais attendus en Drôme !

Pour son avant-dernier déplacement de l’année, le Dijon Bourgogne Handball se rend à Valence ce vendredi (20h30). Après une victoire satisfaisante lors de la journée précédente face à Nancy (32-21), les Dijonnais auront à cœur d’enchaîner et de poursuivre sur cette bonne dynamique jusqu’à la fin de la saison. Il reste encore trois matchs, et l’objectif fixé par Jackson Richardson et le staff du DBHB est toujours à portée de main : la fameuse 6e place, occupée par Limoges. Pour y arriver, cela passe par une victoire dans la Drôme, même si cela ne sera pas facile…


 

Valence reste sur deux succès consécutifs en championnat © NikoPhot

Des Valentinois encore vivants
Désormais 7e et à trois points de Limoges, Dijon est plus que jamais en position pour accrocher une sixième place qui sauverait l’honneur de la saison. Cependant, pour se donner toutes les chances de pouvoir aborder sa fin de championnat tranquillement, le DBHB doit impérativement prendre des points. Or, Valence, l’actuel 13e de Proligue aura également besoin de victoires pour croire en son maintien en deuxième division. Aujourd’hui à seulement un point de son concurrent direct Caen, les Valentinois peuvent encore se sauver. Depuis l’annonce de l’arrivée d’un nouveau coach en la personne de Sébastien Leriche (entraîneur de Cherbourg), le VHB n’a d’autres éventualités que de se maintenir en D2 pour pouvoir mener à bien le projet mis en place avec sa nouvelle recrue. Plutôt en réussite sur les derniers matchs, avec une victoire à domicile face à la lanterne rouge, St-Gratien, 30-25 et surtout un succès retentissant à Massy, où les coéquipiers de Marko Rajkovic se sont imposé d’un petit but chez les 4e du championnat. Une véritable performance, qui leur a permis de conserver leurs espoirs de se maintenir.

 

Les Valentinois n’auront d’autres choix que de s’imposer face à Dijon © NikoPhot

Si les joueurs VHB ont connu une saison difficile, il ne faut pas oublier qu’ils n’ont pas été épargnés par les blessures, et qu’ils ont effectué une grosse partie de la phase retour sans leur flanc droit (blessures de Bon et Edgar), ni leur demi-centre, Laurent. Cela étant, ils peuvent toujours compter sur certains cadres comme Yann Roby (8 buts face à St-Gratien) ou encore au retour de leur pivot, Branko Kankaras, qui a été un des piliers de la victoire à Massy, avec un excellent 6/8 au tir.

 
 
 

Dijon croit encore à la 6e place © NikoPhot

Une rencontre loin d’être évidente
« On s’attend à un match tout à fait différent de celui de la semaine dernière contre Nancy, nous disait l’entraîneur adjoint Ulrich Chaduteaud avant la rencontre. Notre fin de calendrier s’annonce particulièrement compliquée, étant donné que nous allons jouer trois équipes qui ont chacune des arguments à faire valoir, soit en vue du maintien, soit des playoffs. Après sa victoire à Massy, Valence s’est redonné la possibilité de se sauver, on sait donc qu’ils vont jouer leur peau sur le terrain ce soir. Ils voudront sans doute s’imposer dès les premières minutes. Il faudra donc que l’on soit capable de riposter, contrairement à notre déplacement à Istres, où on avait pris un 8-1 qui nous avait mis un coup sur la tête. On veut encore gagner et accumuler des points pour accrocher cette 6e place, et finir la saison de façon honorable. »

 

© NikoPhot

« On va prendre un coup de pression d’entrée »
Pour Sam Pécaud, cette rencontre sera certes compliquée, mais elle constitue un bon test pour l’équipe :

« Les objectifs des deux équipes de ce soir sont bien différents, entre des Valentinois qui ont besoin d’une victoire sans quoi ils peuvent dire à dieu à leurs chances de se maintenir, et nous qui, d’un point de vue comptable, n’avons plus de réels objectifs. Cela dit, on reste des compétiteurs, et Valence est une équipe qui est moins bien classée que nous, donc on se doit d’aller gagner ce soir, pour respecter la logique du classement. On va prendre un coup de pression d’entrée, c’est certain. Et c’est là que la rencontre sera intéressante, car on devra répondre à cette intensité. Régulièrement cette année, on a eu des temps faibles durant lesquels on encaissait des 4-0 voire plus, notamment en début de seconde mi-temps. Et une fois qu’un tel écart est creusé, il est difficile de recoller au score, ce qui nous a souvent fait défaut. On doit apprendre à mieux gérer ces moments creux. Enfin, le contexte fera que le match sera plaisant à jouer : la salle sera pleine, les adversaires seront motivés et remontés, ce sera un contexte particulier, dans lequel il sera difficile d’évoluer… Mais qui doit également nous servir pour préparer l’an prochain ! »

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.