Deux handballeurs Bourguignons à l’assaut du désert Marocain

Ecrit par Nicolas Goisque Le 16 mars 2017 à 13:29

 

Depuis l’été 2015, deux handballeurs du Handball Club Varois Arc se sont lancé un pari un peu fou. Stéphane Guérinon (pilote) et Benoit Brilliard (copilote), respectivement 38 et 39 ans, licenciés depuis bientôt 15 ans au Handball club Varois Arc, s’élanceront pour le 205 Trophée, un raid humanitaire au Maroc. Ils devront tout d’abord gagner le sud de l’Espagne depuis Dijon, puis parcourir les pistes et les dunes marocaines sur 2700 kilomètres, avant de revenir à Dijon. Tout cela à bord d’une Peugeot 205 âgée de presque 30 ans, spécialement préparée pour l’événement.

 

Les deux compères devant leur 2015 © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Les deux compères devant leur 2015 © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Défi sportif et humain

« C’est avant tout un défi sportif et humain ! Bien évidement nous allons apporter des besoins à une association Marocaine (DARNA), mais au-delà de ça, ce projet a mobilisé une grande chaîne de solidarité. Que ce soit de la part des sponsors qui nous aident financièrement et en dons de matériel, ou bien encore le travail réalisé sur la 205 par les apprentis et adultes en formation continue du CFA La Noue, l’entraide et la solidarité ont été juste énorme. J’avais envie de faire ce raid pour vivre des choses exceptionnelles et surtout pour apporter de l’aide aux enfants Marocains qui en ont besoin. Je sais que sur place les émotions vont être fortes, mais je ne m’attendais pas à ce qu’elles le soient aussi avant le départ, je tiens vraiment à remercier tous ceux qui nous ont aidé, sans eux ce projet n’aurait pas eu la même saveur ».  Relate Stéphane.

 

Prêts pour affronter les pistes marocaines  © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Prêts pour affronter les pistes marocaines © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Une boucle Tanger Meknès

A la découverte de l’ouest et grand sud du Maroc. C’est le 3 avril que l’équipage 298 partira de Tanger pour une boucle qui se terminera le 13 avril à Meknès. Au programme 10 étapes dont la mythique étape marathon de 420 kilomètres sur les pistes du DAKAR – traversée d’une immense vallée parsemée d’acacias et bordée de magnifiques montagnes, franchissement d’une portion de piste difficile qui vient corser la pratique du pilotage, navigation sur la piste lisse et roulante d’un grand chott, passage dans un oued de 700m de large… A 19h00 au plus tard, tous les véhicules doivent être arrêtés. La nuit se déroule dans l’autonomie la plus totale, les équipages sont libres d’installer leur campement où bon leur semble. Le deuxième jour débute et se termine sur des pistes du Dakar, autrefois sillonnées par Ari Vatanen. L’arche d’arrivée est placée au milieu d’un chott.

 

La voiture a été retouchée en vue du raid notamment au CF La Noue © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

La voiture a été retouchée en vue du raid notamment au CF La Noue © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Complicité

« Je suis très impatient de prendre le départ portant quand Stéphane m’a proposé de faire ce Raid avec lui j’étais un peu sceptique car je ne connaissais pas, mais au fil du temps je me suis pris au jeu. Nous nous y sommes pris suffisamment tôt pour pouvoir avancer sereinement. Puis l’engouement des personnes qui ont travaillé sur notre projet a été un réel stimulant. Stéphane et moi, on se connait parfaitement, on a toujours été complémentaires sur les terrains de hand et nous le sommes aussi dans la préparation de ce Raid. Cette complicité sera importante quand nous seront au milieu du désert, ça nous promet de bons moments. Ça sera une aventure exceptionnelle.»

 

Récolter des dons

La collecte de dons. Après tout le travail de recherche de sponsors pour financer le projet, les deux amis se lancent dans la dernière ligne droite. Ils s’attachent à présent à collecter des dons pour répondre aux besoins de l’association Marocaine DARNA. Cette association a pour mission de servir l’intérêt général, d’écouter les enfants, les mamans, les familles et de comprendre leurs situations souvent difficiles, en marge de la société, du fait d’avoir été abandonnés ou méprisés. En arabe, DARNA signifie « Notre Maison » ; ce nom témoigne des valeurs de l’association.

Nous ne manquerons pas de donner des nouvelles de nos deux gaillards © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Nous ne manquerons pas de donner des nouvelles de nos deux gaillards © Nicolas GOISQUE/NikoPhot

Accueillir, protéger, former, éduquer, échanger, insérer, suivre, transmettre une culture de solidarité et de générosité, accompagner ceux qui en ont besoin. Fondée au centre de la ville de Tanger en juin 1995, DARNA s’est lancée plusieurs objectifs : répondre aux besoins des enfants, des jeunes et des femmes en situation d’exclusion. Les centres de DARNA sont des lieux ouverts et fréquentés tout au long de l’année, symboles d’un espace où le sens de la coopération et du partage est encouragé et essentiel.
Si vous souhaitez faire un don, suivre leur parcours ou simplement les encourager rendez-vous sur leur page Facebook : raid humanitaire 21.
Départ de Bidart (Pays Basque) le samedi 1er avril 2017 à partir de 8h00 pour les participants et 10h00 pour les visiteurs, pour les formalités pré-départ.
Une fois les formalités terminées, direction le port de Tarifa (sud de l’Espagne) où ils embarqueront le lundi 03 avril 2017 à partir de 7h30.

 

Commentez cet article