Coulé à Bordeaux le DHC reprend des couleurs face à Chamonix

Le Dijon Hockey Club jouait en cette fin de semaine, d’abord vendredi à Bordeaux, puis dimanche à Besançon contre Chamonix, deux rencontres comptant pour les 39ème et 40ème journée de Saxoprint Ligue Magnus. Si la première n’avait plus d’enjeu sur le plan comptable mais pouvais servir de match de travail, la seconde face à un futeur adversaire possible en play-downs était capitale. Inexistants en Gironde les Dijonnais ont explosé (11-0) mais après avoir inquiétés durant une moitié de match, ont terminé en trombe pour remporter une victoire précieuse après une trop longue série noire (6-2)

 

Il était doublement nécessaire de redresser la barre ce dimanche face aux hauts savoyards qui eux étaient dans une excellente dynamique et se plaisent à croire encore au play-offs, un rêve envolé depuis quelques temps pour les bourguignons. Il fallait en effet prendre des points face à un concurrent direct et aussi laver l’affront bordelais.

 

Bordeaux a puni 11 fois le DHC © Jean-Marc Lestage/HH
Bordeaux a puni 11 fois le DHC © Jean-Marc Lestage/HH

Une fessée mémorable

Si Dijon a battu des records vendredi en Gironde, ce n’était vraiment pas ceux qu’attendaient leur supporteurs. Certes privés de nombreux éléments, les Ducs n’ont pas fait honneur au maillot manquant notamment d’orgueil ou d’agressivité et se faisant laminer lors des trois tiers temps (3-0,4-0,4-0). Ils ont encaissé là leur plus lourde défaite de la saison et de surcroît la plus lourde de l’exercice toutes équipes confondues !! Une sixième défaite d’affilée. Jamais bousculé Bordeaux a terminé la rencontre avec 0 minutes de pénalité, une rareté à ce niveau ! Bref il n’y avait rien à retenir de cette prestation mais plutôt de grosses inquiétudes à nourrir notamment sur les comportements et la volonté des joueurs de se sortir d’une spirale qui les conduit tout droit à l’étage inférieur.

 

Débuts pas forcément rassurants à Besançon. 

C’est peu dire que l’on attend une réaction ce dimanche à Besançon, d’autant plus que Dijon récupère son premier bloc (Jensen Edwards, Maher) absent dans son intégralité à Bordeaux. Mais le premier tiers temps est loin de rassurer les inconditionnels des ducs bien au contraire. Ce sont bien les visiteurs qui tiennent le palet et impriment le rythme, mettant Buysse à contribution à plusieurs reprises. Si Dijon tue un power play adverse, il semble paradoxalement plus en difficulté alors qu’il évolue au complet.

Dijon a subi le début de rencontre © Philippe Rouinssard /HH
Dijon a subi le début de rencontre © Philippe Rouinssard /HH

Chamonix reste dominateurs durant toutes ces 20 premières minutes initiales, annihilant sans aucun mal les rares velléités bourguignonnes, et la sanction tombe en fin de période, Moffatt nettoyant la lucarne de l’infortuné Buysse. A la première pause les Ducs sont au plus mal.

 

Dijon frôle la correctionnelle et réagit enfin.

On se dit que Paredes a dû secouer ses troupes et que l’on va enfin voir les Ducs montrer l’envie de tout croquer. Mais non c’est toujours Buysse qui doit se montrer impérial face aux attaquants adverses parfois aidé par des largesses locales incroyables. C’est miracle si les pionniers ne doublent pas la mise. L’inquiétude va grandissant quant en toute fin de tiers, Dijon semble enfin sortir de sa torpeur et c’est Guttig qui sonne la révolte en égalisant à deux minutes de la fin du tiers puis en obtenant une pénalité juste avant le retour aux vestiaires.

Dijon finit enfin en conquérant

Ce but, l’exclusion, ou la causerie de Paredes ou l’ensemble a-t-il servi d’électro-choc ? Toujours est -il que l’on voit ENFIN un autre Dijon sur la glace. Profitant bien du power play, Stefishen double rapidement la marque. Dans la foulée le détonateur Guttig  offre le 3-1 à Edwards. Mais Chamonix joue lui aussi très gros sur ce math et vient vite nous le rappeler par Besson (3-2).

Dijon a mis du temps à prendre l'ascendant © Philippe Rouinssard/HH
Dijon a mis du temps à prendre l’ascendant © Philippe Rouinssard/HH

Pas le temps de douter qu’Edwards signe son doublé imité immédiatement par Stefishen (5-2,48′) quel tiers de folie !! Il était tout de même temps. Le rythme retombe un peu et les tentatives chamoniardes pour revenir sont bien contrées par un Buysse qui aura encore été précieux ce soir. Guttig en toute fin de match est récompensé de ses effort en signant lui aussi un doublé.  Voilà trois points qui font un bien fou. Chamonix stoppé dans son élan est à 4 points de la huitième place qui peut encore le faire rêver. Dijon lui devra rester sur le rythme de ce dernier tiers pour battre notamment Nice et Strasbourg et peut être aussi pour éviter de prendre une nouvelle correction humiliante à Rouen dès mardi 14 février prochain.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.