DHC-Strasbourg : Coup de froid pour les Ducs

Les Ducs recevaient l’Etoile Noire de Strasbourg pour le compte de la 8ème journée de Ligue Magnus. Deux équipes connaissant des difficultés en ce début de saison et occupant la deuxième partie du classement. On a assisté à un match où les attaques ont pris le pas sur des défenses loin d’être en place et au final, c’est Strasbourg qui l’emporte 6-4 alors que le DHC menait 4-2 dans le 2ème tiers.

Mansson a été cherché tout seul une égalisation lancant le match des Ducs © Nicolas Goisque/ Niko Phot
Mansson a été cherché tout seul une égalisation lancant le match des Ducs © Nicolas Goisque/ Niko Phot

Avantage Dijon

La partie commence à peine que Strasbourg ouvre le score. Pas en place défensivement, Dijon laisse Jordan Draper seul pour prendre le premier lancé de la partie et ouvrir le score. Henri-Corentin Buysse malade, c’est le jeune Pierre Pawelek qui est aligné. Ce-dernier n’a pas le temps de se mettre en confiance : 0-1 ! (1’32 »). Dijon se remobilise mais n’arrive pas à s’installer correctement. Goncalves va être le premier de cette rencontre à rejoindre le banc des prisonniers. Le powerplay est mal géré, plusieurs pertes de puck : l’une d’elle sera fatale. Mansson va mettre la pression sur la relance strasbourgeoise, vole le palet et repique devant la cage égaliser d’un tir en pivot (1-1 ; 7’38 »). Dijon est un peu plus en jambe, mais la défense n’est pas sereine. Les deux équipes vont avoir le droit à un power play, mais aucune des deux n’en profitent. Les gardiens ne sont qu’à peine inquiétés. Seul alerte, Jensen recevant une belle passe devant la cage, sans réussite. À 30 secondes de la fin, Jensen encore part en break, il tente une passe pour Mansson déboulant devant la cage de l’autre côté mais le défenseur Delplanque se jette pour sauver son gardien. Ce n’est que partie remise. Il reste 5 secondes de jeu, White part seul sur la gauche et vient mettre le puck pleine lucarne ! (2-1)

 

Le jeune Pierre Pawelek (18 ans) a vécu un match difficile hier soir ©Nicolas Goisque / Niko Phot
Le jeune Pierre Pawelek (18 ans) a vécu un match difficile hier soir ©Nicolas Goisque / Niko Phot

Dijon craque dans les dernières minutes

Poussé par ce deuxième but après avoir entamé mollement la rencontre, le DHC est bien mieux en ce début de tiers. Edwards a l’occasion de faire le break mais joue la carte de l’altruisme alors que le chemin du but lui était ouvert et gâche une munition suite à un manque de compréhension avec Mansson. Beaucoup de rythme dans ce début de tiers pour presque autant de déchets. 24’20, belle incursion offensive, on remet en retrait pour Quessandier qui lance, le puck flirte avec la cage avant d’être finalement dégagé. Dijon a les moyens de faire le break. Suite à quelques belles passes prenant de vitesse Strasbourg, l’ouverture est faite : à ce moment là l’arbitre stoppe l’action car un Dijonnais est à terre dans son camp et décide de ne pas laisser l’avantage. Andersson exprime son mécontentement et va donc rejoindre le banc des prisonniers en écopant d’une méconduite (10 minutes).

Dans la foulée, un tir de Cooper sème la zizanie devant la cage de Pawelek, le puck touche le montant et flirte avec la ligne, tout le monde se jette sur le rebond, Pawelek à terre ne peut rien faire face à la cohue générale, le but est accordé à Stroh (2-2 ; 28’28 »). Dijon ne tarde pas à se faire justice soi même. Mansson repositionné temporairement en défense shoote, rebond, Stefishen récupère le puck se décale et nettoie la lucarne d’un magnifique tir ! (3-2 ; 29’45 »). Goncalves est de nouveau envoyé en prison juste après le but. De nombreux tirs sont pris, sans conséquences. Une fois revenu à 5, les Ducs partent à l’attaque, Metais excentré tire et trouve la barre transversale du cerbère de l’Etoile Noire, la rondelle arrive vers Maher qui tire sans se poser de questions pour faire le break. (4-2 ; 35’51 »). À ce moment de la rencontre, et au vu des 36 minutes passées, on se dit que Dijon va gérer sa fin de rencontre. Pourtant un laxisme défensif va totalement faire basculer la rencontre. La réduction du score vient d’abord de Benoit, seul, profitant d’un bon travail de Lorcher lui offrant la cage ouverte. (4-3 ; 37’17 »). La réaction au sein de la défense dijonnaise est négative puisque ce but a plus l’effet d’un coup de massue que d’un éléctrochoc. Moins d’une minute à jouer, Cooper s’amuse dans la défense et va battre Pawelek sans mal. (4-4 ; 39’08 »)

 

Dans le dernier tiers les Ducs aurait pu scorer en contre-attaque avec plus de réalisme © Nicolas Goisque / Niko Phot
Dans le dernier tiers les Ducs aurait pu scorer en contre-attaque avec plus de réalisme © Nicolas Goisque / Niko Phot

Les Ducs sombrent

Cette égalisation en deux minutes fait très mal aux Dijonnais. Pour autant, ces-derniers commencent tout de suite par essayer de récupérer l’avantage en se projetant vers l’avant. Le portier visiteur sort de bons arrêts, lui qui avait été en difficulté auparavant. Strasbourg n’est pas flamboyant mais inquiète en profitant des égarements des Ducs. À 4-4, les plus belles occasions sont cependant dijonnaises, de loin. Sur une relance strasbourgeoise interceptée à la bleue, Andersson reçoit instantanément le puck pour aller défier Hiadlovsky : duel perdu. Goncalves à son tour prend de vitesse la ligne arrière adverse et part vers le but  : nouvel arrêt du portier. Trop d’occasions gâchées qui se payent. Cooper se balade une nouvelle fois en défense, remet le puck pour Stroh totalement délaissé dans le slot par la défense (4-5 ; 46’46 »). Les Ducs sont dans les cordes, au bord du KO. L’opportunité de se sortir des cordes va pourtant arriver ! 56’05, Morillon rejoint le banc des prisonniers pour Obstruction. Le powerplay dijonnais met du temps à s’installer mais s’installe malgré tout. Alors que Maher prend un shoot plein axe, le puck arrive dans les patins de Mansson seul à quelques centimètres de la cage, ce-dernier a l’angle ouvert devant lui mais n’arrive pas à prendre le puck avec sa crosse. Dijon vient de rater le coche. Il reste une minute à jouer, Stroh part seul sur le côté et va tromper Pawelek pour signer un triplé : le DHC est KO (4-6)

 

En ayant joué de manière pas trop mal entre la 5ème et la 35ème minute environ, les Ducs ont payé leur défense trop laxiste et leur attaque manquant de tranchant par moments. Des powerplays mieux gérés et surtout plus de réalisme dans le 3ème tiers aurait pu totalement changer le scénario de la rencontre. Malheureusement, c’est une nouvelle défaite pour Dijon qui doit maintenant se concentrer sur son match face à Lyon vendredi. Les Lyonnais sont l’une des équipes en pleine forme en ce début de championnat et cela risque d’être un match bien compliqué.

Toutes les photos de la rencontre ICI

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.