DFCO-Evian: Le traquenard savoyard

Après deux semaines d’arrêt, le DFCO retrouve le terrain demain après-midi (14h) en accueillant les montagnards d’Evian Thonon-Gaillard pour le compte de la onzième journée de Ligue 2. Un match accroché est attendu contre la septième équipe du championnat.

 

La trêve internationale finie, Dijon s’apprête à retrouver la compétition. Et la victoire par la même occasion. Deux semaines auparavant, les hommes d’Olivier Dall’Oglio se sont inclinés 1-0 face à Tours, au terme d’un match où les Côte-d’Oriens ont manqué d’intensité et d’agressivité dans le jeu.

 

Dijon, attendu au tournant

Crédit: Nicolas Goisque
Crédit: Nicolas Goisque/archives

En occupant le siège confortable de leader de la Ligue 2, le DFCO est l’équipe à abattre pour les autres équipes du championnat. D’où l’intérêt de ne surtout pas s’enflammer : « Chacun le gère chacun à sa manière. Je discute pas mal avec les joueurs, que ce soit individuellement ou collectivement sur les débriefings. On parle tactique et terrain, mais on parle aussi de la saison, de l’environnement qu’il faut gérer et tempérer. On a décidé d’avancer au coup par coup. On ne va pas se projeter très loin. Les joueurs sont assez jeunes, mais cette année, c’est un peu plus simple pour moi, car il y a des joueurs cadres capables de prendre le relais auprès des plus jeunes. Il y a plus de maturité au sein du groupe pour gérer ce genre de situation », lance Olivier Dall’Oglio.

C’est là que le psychologique entre en jeu. Sans oublier le physique et la technique, le DFCO doit être prêt à jouer des matches où les équipes adverses ne vont pas se gêner pour le titiller et ne pas hésiter à faire sortir les joueurs bourguignons du match. C’est ce qui s’est produit à Tours où Gastien s’est vu être expulsé après un excès d’engagement : « Cela fera partie des aléas d’une saison. Maintenant, se faire exclure et laisser ses potes à dix toute une mi-temps sur un geste bête, il faudra éviter », affirme l’entraîneur.

 

Barbosa-Sorlin, l’infatigable duo

©Nicolas GOISQUE
C ©Nicolas GOISQUE

Cédric Barbosa, Olivier Sorlin, à eux deux, les milieux de terrain de l’ETG  ont 75 ans. Heureusement on ne retient pas leurs âges plus qu’avancés pour des joueurs de football. Leur expérience est primordiale. Au club depuis 6 et 5 ans, les deux complices représentent la stabilité du milieu haut-savoyard, réputé pour être excessivement jeune.  La mayonnaise prend plutôt bien entre les deux tranches d’âges.

Evian reste sur deux victoires consécutives, la dernière face à Lens (2-1).  Si elle ne maîtrisent pas toujours son match du début à la fin (Lens a manqué la balle d’égalisation en toute fin de match), la formation de Safet Susic s’appuie notamment sur ses individualités à défaut d’un collectif bien huilé : « Ce sont des joueurs que l’on ne connaît pas vraiment, qui arrivent du Brésil et du Costa Rica.  Individuellement, sur ce que l’on a vu, c’est intéressant. Sur les deux derniers matchs, où je pense qu’ils ont réalisé leurs meilleures prestations, ils ont trouvé un équilibre tactique. Ils commencent avoir une assise, mais je crois savoir qu’ils ont pas mal de blessés et de suspendus. Evian est sur un bon élan, mais peut avoir quelques petits problèmes quand il lui manque deux ou trois joueurs », explique Olivier Dall’Oglio. Autrement dit, un piège est tendu au DFCO, aux dijonnais de le contourner.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.