A Rousseau: « Collectivement, on n’est pas encore au point »

Ce dimanche, le DFCO Féminin accueille la formation de Flacé-Mâcon pour le compte de la 3e journée du championnat de France de deuxième division féminine. Pour la nouvelle défenseure dijonnaise, Adeline Rousseau, il faudra prendre les quatre points.

 

Adeline Rousseau joue actuellement avec des douleurs aux côtes. Crédit: Nicolas GOISQUE
Adeline Rousseau joue actuellement avec des douleurs aux côtes. Crédit: Nicolas GOISQUE

DSN: Comment s’est passée la préparation ?

Adeline Rousseau: Je pense qu’il y a vraiment un bon groupe avec du potentiel. Maintenant, il faut que l’on prenne conscience qu’on a quelque chose à faire dans ce championnat. Sans, pour autant, se prendre pour d’autres car il n’y aura aucun match facile, tous les matchs seront accrochés. Le plus dur pour nous ça va être de rester concentrer pendant 90 minutes.

DSN: Avec ce match en retard et la défaite à Grenoble, il y a déjà un petit écart. Est-ce qu’il n’y a donc pas  une petite pression sur ce match de dimanche ?

A.R: C’est vraiment un match important, en plus face à un promu qui va vouloir sauver sa peau le plus rapidement possible. Avec la réforme, l’objectif, pour nous, c’est d’aller chercher le maintien rapidement et derrière pourquoi pas accrocher les trois premières places. Donc il faut vraiment gagner dimanche.

DSN: Vous avez fait jeu égal avec Grenoble mais qu’est ce qui n’a pas été sur ce match ?

A.R: Je pense qu’on n’a pas respecté le plan de jeu du coach et ça c’est dommage car il y avait vraiment quelque chose à faire. C’est une équipe qui a été dangereuse uniquement sur coups de pied arrêtés  et elles ont profité de nos erreurs défensives. Après dans le jeu, elle ne m’a pas convaincu particulièrement mais nous nous n’avons pas été à la hauteur non plus. On ne peut pas dire qu’on méritait de gagner ce match. Même si on a bien débuté derrière on a reculé, sans savoir pourquoi, et elles en ont profité. En deuxième période, on a été inexistante sur tous les plans et on a fait que des mauvais choix. Au bout d’un moment on l’a payé cash.

Dijon a besoin de points et veut battre Mâcon. Crédit: Nicolas GOISQUE
Dijon a besoin de points et veut battre Mâcon. Crédit: Nicolas GOISQUE

DSN: Avec les nombreuses arrivées il faut du temps pour mettre en place les automatismes, est-ce que cela peut expliquer les petites défaillances des premiers matches ?

A.R: Oui il y a un peu de ça après je pense que la préparation a été faite pour que l’on soit prête. Après, il y a eu des matchs de préparation qui ne se sont pas joués, donc ça a été compliqué. Mais le coach donne du temps de jeu à tout le monde pour créer plus rapidement ces automatismes et ça c’est intéressant. Collectivement, on n’est pas encore au point notamment dans la maîtrise. Mais il ne faut pas s’affoler, si on travaille bien ça va aller.

DSN: Pour vous ce match contre Mâcon est-ce que cela représente réellement un derby à vos yeux ?

A.R: Non c’est plus le fait qu’il faut remporter le match que ce soit contre Mâcon ou une autre équipe. Je ne suis pas originaire de Bourgogne donc je ne ressens pas cet esprit derby. Dans le groupe, il n’y a pas de saveur particulière ou de pression en plus par rapport à ce match

DSN: Avec votre expérience, est-ce que vous avez un rôle vraiment important dans cette défense ?

A.R: J’essaye de guider cette défense . Quand on a trois recrues sur quatre postes dans ce secteur ce n’est pas facile. Après, pour moi, il n’y a pas de statuts ou de rôles dans une équipe. Tout le monde doit parler et conseiller, tous les conseils sont bons à prendre. J’essaye quand même d’apporter de l’expérience aux autres surtout sur certains temps du match ou on mène au score et on a envie d’aller de l’avant alors qu’il faut freiner un peu. Moi-même sur le terrain je ne suis pas encore à 100% physiquement. Dans ces cas là c’est compliqué d’avoir un rôle vraiment important quand toi même tu sais que tu n’es pas encore en forme. Avec ma blessure aux côtes, j’ai pris du retard physiquement. Après le mental permet de compenser certaines lacunes physiques du coup sur ce point de vu là je peux apporter au groupe.

Crédit: Nicolas GOISQUE / archives
Crédit: Nicolas GOISQUE / archives

DSN: C’est un plus d’avoir un entraîneur comme Samuel Riscagli qui propose du jeu et qui vous fait progresser sur le plan tactique ?

A.R: L’exigence qu’il y a ici à Dijon, je ne l’ai trouvé nulle part ailleurs dans mon parcours sauf à Clairefontaine. Mais c’est vrai que dans tous les clubs ou je suis passée, même à Juvisy, je n’ai pas eu cette exigence là, que ce soit au niveau technique, tactique ou même physique. On sent que tous les ballons sont importants. Il faut toujours être à fond pour gagner sa place. Quand on est dans le onze titulaire ou même dans le groupe, il faut se battre pour les autres. Chaque ballon doit apporter un plus à l’équipe  et pour moi c’est vraiment intéressant.

DSN: Ce que tu me racontes en fait c’est le fonctionnement d’un club pro ?

A.R: Je pense que le club fait tout pour que l’on est des structures identiques à celles des équipes pros masculines et ça c’est vraiment intéressant. Je pense que ça nous met en valeur et derrière on a de la reconnaissance pour tout le travail qui est fait que ce soit par les salariés ou les bénévoles du club. Je trouve que ça donne une vraie valeur au club et ça donne vraiment envie de se battre pour se maillot la.

 

Propos recueillis par Kevin Petit

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.