Sochaux-DFCO (0-1) : Un Dijon au deux visages

Pour le compte de la 8e journée de Ligue 2, le DFCO est allé l’emporter sur la pelouse de Sochaux par le plus petit des scores. Un succès obtenu grâce à une réalisation de Frédéric Sammaritano et qui permet aux Dijonnais de prendre la place de leader du championnat. Durant ce match, Dijon aura montré deux visages : un moribond en première et un plus conquérant en seconde.

 

Les Dijonnais ont eu du mal à se trouver en première période.  Crédit: Nicolas GOISQUE
Les Dijonnais ont eu du mal à se trouver en première période. Crédit: Nicolas GOISQUE

Quelques jours après une victoire à l’arrachée contre Le Havre, le DFCO a dû une nouvelle fois batailler pour prendre les trois points. Contre des Sochaliens en plein doute et sous une pluie battante, Dijon a inquiété avant de se réveiller. Une inquiétude née d’une première période moyenne. Incapable d’imposer son jeu, ce onze remanié est en difficulté lors des quarante-cinq premières minutes. Il a fallu beaucoup de réussite pour que les coéquipiers de Baptiste Reynet regagnent les vestiaires sur un score nul et vierge.

Dijon inoffensif

La meilleure attaque du championnat ne fait pas valoir son rang. Habituellement très remuante et percutante, l’attaque dijonnaise est étrangement muette. Incapable d’aligner trois passes dans les quarantes derniers mètres sochaliens, les hommes d’Olivier Dall’Oglio ne parviennent pas à se procurer d’occasions dans ce premier acte, hormis une frappe de Thiam captée par Werner (34e).  Absents en attaque, les Bourguignons sont pris au milieu de terrain. Positionné couloir droit, Jessy Benet a du mal à trouver sa place et semble perdu sur le terrain. Des erreurs de placement ainsi qu’une absence d’agressivité permettent aux Lionceaux d’avoir des espaces et de se créer des occasions de but nettes. A plusieurs reprises, les coéquipiers de Johan Ramaré ont sollicité Baptiste Reynet. Mais tout sourit à l’équipe en forme du moment puisque Dijon a été sauvé à deux reprises par ses montants (13e, 42e) ainsi que par son gardien (8e, 16e). Dijon n’y est pas que ce soit dans le jeu, avec un manque de précision dans les passes et de mobilité, ou bien dans l’état d’esprit avec la perte de nombreux duels.

Jérémie Bela a changé le visage de son équipe en seconde période. Crédit: Nicolas GOISQUE
Jérémie Bela a changé le visage de son équipe en seconde période. Crédit: Nicolas GOISQUE

Bela change tout

Mais en deuxième période, un homme change à lui seul la physionomie de la rencontre : Jérémie Bela. Ménagé par Olivier Dall’Oglio, l’ancien lensois rentre à la pause à la place de Mamadou Thiam et son apport se fait sentir d’entrée. Plus mobile et plus tonique, Bela se place comme un relais entre le milieu et l’attaque. Un lien qui manquait en première période. Béla aurait pu se montrer décisif très rapidement mais sa frappe en angle fermé est repoussée par Werner (47e). Dijon est mieux et le changement tactique y est pour quelque chose. Les Dijonnais jouent plus haut, conservent plus et se trouvent plus facilement. Inéxistant en première période, l’apport des deux latéraux est plus significatif et pose des problèmes aux Doubistes. Les visiteurs sont plus menaçants mais il faut attendre une erreur de Werner qui repousse la frappe de Tavares dans les pieds de Sammaritano pour que ce dernier ouvre la marque à bout portant (1-0, 63e). Dans la foulée, Tavares, bien lancé par Bernard, a l’occasion de tuer le match mais il perd son duel avec Werner (66e). Clairement, la maîtrise est pour Dijon qui a retrouvé son football. En revanche, Sochaux doute et est en difficulté. La fin de match est crispante côté sochalien. Le besoin de points est la et ils doivent revenir au score.

Baptiste Reynet a été décisif en stoppant un penalty en fin de match.
Baptiste Reynet a été décisif en stoppant un penalty en fin de match.

Une histoire de penalty

Mais c’est bien Dijon qui mène et qui se procure les occasions. Emmené par un Jérémie Bela des grands soirs, le DFCO obtient une balle de match à un quart d’heure de la fin. Après un numéro sur le côté droit, Bela, encore lui, élimine son vis-à-vis et s’écroule dans la surface. L’arbitre n’hésite pas et désigne le point de penalty. Tavares se présente face à Werner et perd une nouvelle fois son duel (75e). Ce n’est pas la soirée du cap-verdien. Ce penalty stoppé redonne de l’énergie à  Sochaux qui va se mettre à pousser et à jouer plus haut. A dix minutes du terme, Thuram accélère et rentre dans la surface. Le fils de Lilian est accroché par Varrault et l’arbitre siffle penalty. C’est l’ancien dijonnais, Thomas Guerbert, qui se présente face à Reynet. A l’instar du penalty de Tavares précédemment, Reynet part du bon côté et repousse la tentative de son ex coéquipier. Derrière un joueur sochalien avait bien suivi et frappe mais Reynet est une nouvelle fois à la parade (82e). La fin de match est tendue mais Dijon tient. Sochaux se procure une dernière occasion mais la tête de Guerbert va droit dans les gants de Reynet. Dijon s’adjuge donc une cinquième victoire de suite et monte sur la plus haute marche du championnat avant de finir cette semaine par la réception de Laval samedi.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.