On craignait quelque peu ce déplacement de Dijon à Cherbourg, au vu des lacunes observées face à Limoges en entrée de championnat. Chantereyne, le gymnase normand a en effet tout d’un traquenard avec sa superbe ambiance, et Cherbourg, surprenant demi finaliste des play-offs l’an dernier est une équipe solide et difficile à bouger chez elle. Les craintes se sont malheureusement révélées exactes. Dijon a petit à petit sombré en seconde période et s’incline au final 28-26.

 

L’ambiance attendue est bien là, les Manchois seront bien poussés pendant toute la rencontre par leur bruyants supporteurs, mais Dijon doit se montrer à la hauteur de ses ambitions. C’est Redei qui se rappelle au souvenir de ses anciens coéquipiers en dégainant le premier (1-0, 2′)

 

Naudi a été un des rares arrières relativement efficace ce soir (6/12) © Eric Bontemps/archives
Naudi a été un des rares arrières relativement efficace ce soir (6/12) © Eric BONTEMPS/archives

Dans le coup à la pause

durant les premières minutes Dijon fait jeu égal, Rondel, François-Marie et Naudin répondant aux banderilles adverses (3-3, 7′). Cherbourg place alors une première accélération avec un 4-1 qui fait vrombir les travées de Chantereyne (7-4, 13′). Richardson décide de stopper les frais et pose un premier temps mort. Ceci a le mérite de remettre les bourguignons dans le droit chemin puisque deux doublés de Chardon puis de Gutfreund ramènent Dijon à hauteur (8-8, 18′). le score reste serré jusqu’à la pause. un doublé de carrière laisse le DBHB à égalité (13-13, 28′), mais un dernier but de Massard-Chenet donne une longueur d’avance aux locaux au retour aux vestiaires (14-13, 30′).

 

a l'image d'une bonne partie de la base arrière, Jordan François-Marie a été en difficulté © Eric Bontemps/archives
a l’image d’une bonne partie de la base arrière, Jordan François-Marie a été en difficulté © Eric BONTEMPSs/archives

Cherbourg s’envole

A la reprise Dijon reste quelques minutes dans les basques normandes (17-16, 35′). Mais à la faveur notamment d’un deux minutes infligé à Chanussot, bien moins en vue que samedi dernier, Cherbourg passe un cinglant 5-0 en 8 minutes, avec un hat trick parfait de Mannebard pour commencer (22-16, 43′). Le temps mort dijonnais est suivi d’un doublé de Gutfreund (22-18, 46′) mais cela s’arrête là et Cherbourg reprend sa marche en avant, sous l’impulsion de Soudani et Moreau notamment, pour bientôt compter 7 longueurs d’avance à l’entame des 10 dernières minutes (27-18, 50′). Dijon rate beaucoup trop de tirs (Kuduz 1/6, Gutfreund 4/11 , François-Marie 1/4, Chanussot 0/2)

 

 

Un sursaut vain

Cela sent le roussi pour Dijon, qui tente tout de même de réagir avec l’énergie du désespoir. Poletti par deux fois, secondé par Naudin et Loupadière permettent ainsi de passer un  4-1 bienvenu qui redonne quelques espoirs aux visiteurs qui recollent à -3, à 3 minutes trente du terme (26-23, 37′).

Loupadière s'est demené en vain © Eric Bontemps/archives
Loupadière s’est démené en vain © Eric BONTEMPS/archives

Las, le 5 ème but personnel de Moreau mettra un terme aux dernières velléités dijonnaises. Les hommes de Richardson échoueront finalement à deux buts (28-26) et repartent donc comme l’an dernier bredouilles de Cherbourg. on le savait après Limoges, cela se confirme après Cherbourg. Il y a du pain sur la planche pour le staff dijonnais car évidemment rien ne leur sera donné dans cette Pro D2 dont Cherbourg Besançon et Sélestat occupe provisoirement la tête avec deux victoires en autant de rencontres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.