Mené rapidement de 5 buts (8-3, 12′) le Cercle Dijon Bourgogne s’est montré dans l’incapacité de réagir face à une équipe messine toujours aussi solide. Avec des difficultés récurrentes en attaque (8/22 au tir de la base arrière 4/18 si on enlève Moretto) et  6 pénaltys ratés durant ce match, les Dijonnaises ne pouvaient rien espérer face à l’une des places fortes du hand féminin français . Au final la défaite est plus que logique (28-21)

 

Cette troisième défaite d’affilée même si elle intervient contre un nouveau cador doit amener une révolte dijonnaise au moment d’affronter une formation plus à sa portée samedi prochain avec la réception du promu et voisin bisontin.

 

Le scénario redouté

Grâce Zaadi et Metz ont rapidement pris les devants © Nicolas GOISQUE/archives
Grâce Zaadi et Metz ont rapidement pris les devants © Nicolas GOISQUE/archives

Face à Nîmes puis à Nice, le Cercle Dijon Bourgogne s’était rapidement fait distancé au tableau de marque et n’avait pu ensuite malgré ses efforts, comblé le retard. On redoutait que ce scénario ne se répète encore une fois à Metz. Malheureusement ce fut donc le cas. Ana Gros ne laisse à personne les soin d’ouvrir le score et si Terzi puis Moretto permettent au CDB de mener au score (1-2, 3′) ce sera la seule et unique fois du match. Avec les premier ratés au tir dijonnais, ce sont autant de munitions offertes à la fusée Luciano qui ne se fait pas prier e le CDB est malheureusement à 5 longueurs en 12 minutes (8-3, 12′). Les arrières dijonnaises sont encore une fois à la peine à l’iamge de Pipalova (2/9) au final, mais pas que. Glauser se régale dans ses cages (12 arrêts sur 23) et l’écart monte à +7 (14-7, 23′). Ala pause la messe semble dite (15-10).

 

Metz tranquillement

En effet Metz n’a plus qu’à gérer tranquillement son écart durant la seconde période, celui ci oscillera entre + 4 et + 9, ne permettant jamais aux dijonnaises d’espérer quoique ce soit. En laissant en route 6 pénaltys et quelques face-à-face, il était impossible pour le CDB de rêver. On ne peut que constater les dégâts. Même si Ana gros n’est qu’à 3/10, Lévèque, Maubon et Luciano sont à 13 buts à elle trois  et 100% d’efficacité.

Anastasiya Pidpalova et les Dijonnaises ont encore eu beaucoup trop de déchets aux tirs © Nicolas GOISQUE/archives
Anastasiya Pidpalova et les Dijonnaises ont encore eu beaucoup trop de déchets aux tirs © Nicolas GOISQUE/archives

A Dijon seule Moretto (4/8) et Terzi 5/5 (dont 3 pénalty) dépassent les 50 % . Sans vouloir pointer qui que ce soit ceci explique aussi cela !!. Maintenant la victoire face à Besançon la semaine prochaine se fait impérative ne serait-ce que pour donner du baume au coeur. Même si ces trois défaites sont décevantes, elles ne sont pas scandaleuses. Dijon a des qualités certes, mais admettons qu’il n’a pas le niveau handballistique des adversaires rencontrés jusqu’alors.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.