Historic Tour – Jour 2 : cars, motors and sun !

Ecrit par Rédaction Le 7 avril 2015 à 21:06

Après une inauguration largement arrosée le samedi, dimanche s’est vu baigné d’un magnifique soleil. Mais le temps n’a pas empêché certaines courses d’être mal menées. Il y avait du monde le long de la piste. Après Dijon, les pilotes se donneront rendez-vous au Castellet les 2 et 3 mai prochains. Mais avant ça, focus sur la dernière journée sur la piste dijonnaise.

 

Dimanche. Jour 2. Un ouf de soulagement envahit la plupart des pilotes lorsqu’ils lèvent les yeux au ciel. Le soleil est là. Les pneus slicks aussi. Mais difficile de prévoir cette journée. En effet, les courses vous s’avérer délicates et quelques surprises vont venir donner du piment à la compétition. On attend du spectacle (et il y en aura). En quelques lignes, on refait le tour de cette dernière journée de compétition.

Les courses du dimanche

ThibautGENEVEThistoricTourDijon2015-87

Bien parti dans la course 2, Lajoux terminera 4ème de la course (photo: Thibaut Genevet / www.focale.info)

En F3 Classic, l’Italie est à l’honneur. Valerio Leone s’impose avec classe au volant de sa  March 783 Toy. Le Français Nelson Lukes, déjà très attendu la veille, n’a pas su s’imposer devant l’Italien. Il termine second de la course 2 sur un temps de 22:51.267 . À quelques centièmes de secondes derrière lui, Ian Jacobs (GBR) réalise un temps à 22,51.420. Frédéric Lajoux (MC) se retrouve avec sa Chevron aux portes du podium avec un temps de 22:53.140.

 

Du côté du Challenge Formula Ford Historic, c’est une course extrêmement serrée qui s’est jouée. François Belle re-signe. Après une victoire sur la course 1 la veille, le pilote de la Lola T540 remporte la victoire après une bataille incroyable. Au drapeau à damier, les écarts sont infimes. 0.313 pour le second (Stéphane Brunetti), 0.748 pour le troisième (Didier Colombat) et 0.910 pour le quatrième (Xavier Michel).

 

Si l’on se penche sur la course 2 des Formules Renault Classic, il y a une certaine amertume du côté des pilotes. Un faux départ, une course neutralisée aux trois quart… Et pour finir, une compétition qui passe « au temps » (cf article du dimanche 5 avril). La compétition s’est jouée dans les 3 dernières minutes. Ce n’était pas une course mais un combat entre les 10 premiers. Du côté des résultats, Lionel Robert termine en tête et donne une correction à Matthieu Châteaux. Le meneur lui inflige un écart de 0.424 secondes sur la ligne d’arrivée. Charles Gerbout se contente de la troisième place. Après avoir tenu longuement la sixième position, Bruno Mottez termine 9ème avec 17.599 secondes de retard sur le leader. Une bonne performance pour le Dijonnais. Alors que Nicolas Beloou avait réussi une bonne perf la veille, le Manceau n’a pas « transformé » l’essai.

 

Technicité obligatoire dans la parabole ( photo: Thibaut Genevet / www.focale.info )

Technicité obligatoire dans la parabole (photo: Thibaut Genevet / www.focale.info)

Le trophée Formule Ford Kent voit Hugo Carini prendre la tête du classement. Le jeune pilote de 19 ans relègue Beloou et Dousse respectivement à la seconde et troisième place. C’est donc un Parisien qui s’impose. On attendra beaucoup de lui les 2 et 3 mai au Castellet.

 

Dans le Challenge GT/ Tourisme Asavé, la course 2 a été rythmée par l’intervention de la voiture de sécurité. La Ford Escort de Claude Boissy a réussi à faire la différence face à la Corvette de Beltramelli et l’Alfa Roméo de Colinet. Même les Porsche de Meynard et Gaubert finissent derrière. À noter, l’abandon de Patrick Andreoli et Didier Gruau. Ces derniers étaient pourtant bien positionnés la veille. En HTCC, c’est aussi une Ford qui domine. Pierre-François Clot termine premier d’une course terminée au Red Flag. L’escort RS 2000 surclasse la 505 Turbo de Jean-Louis Desparbes et la Vauxhall Magnum de Didier Gruau.

 

Plateau très attendu à l’Historic Tour : les Protos. Les courses 1 et 2 se sont déroulées le dimanche. Un avantage pour les pilotes qui n’ont pas eu à subir les conditions climatiques calamiteuses du samedi. En plus d’être une catégorie attendue, le SportProtosCup avait un participant de marque : Monsieur Gérard Cuynet ! Sextuple Champion de France Camions. Quadruple vainqueur à Prenois en 1992, 1993, 1994 et 1995 de l’épreuve Camions. 21 participations au championnat du monde Protos. Un palmarès à en faire envier plus d’un.
Côté classement, la course 1 voit le duo Metzer / Servies remporter la manche au terme des 14 tours. De Mura remportera de son côté la course 2. Gérard Cuynet finira quant à lui 5ème et 2nd.

 

Très attendu aussi, le Trophée Lotus. Les courses 1 et 2 se sont également déroulées le dimanche. Après une course 1 en tête, Xavier Jacquet laisse sa Lotus sur le bas côté lors de la seconde manche. Il donne la première place à Romain Tournet. Petite satisfaction pour le Tourangeau qui avait terminé second lors de la première manche. Szyndelman se réserve quant à lui la troisième. Le matin même c’était Christian Odin qui s’était installé sur la dernière marche du podium.

 

ThibautGENEVEThistoricTourDijon2015-181

Voiture emblématique, l’Alpine a fait sensation sur la piste (photo: Thibaut Genevet / www.focale.info)

En Trophée Maxi 1000, les leaders abandonnent. Grand victorieux le matin, Lionel Couche prend la place de Thierry Thiéfain (crevaison) et Laurent Majou (problème d’allumage). Mais le sort en décidera autrement en course 2. Couche jette l’éponge. Il abandonne la tête de course pour Michel Frenoy.

 

Gilles Cerron domine en maître dans le Trophée Saloon Car. Après avoir survolé la course du matin, il récidive l’après-midi. Impossible de le dominer. Enfin, dans le Trophée GT Classic, Franck Morel domine également sa catégorie. Lui aussi a décidé de ne laisser aucune chance à ses concurrents. Il maintient sa position incontestable de leader.

Le récit du Jour 1 ICI

RETROUVEZ L’ENSEMBLE DES PHOTOS EN CLIQUANT ICI

 

Calendrier, news, articles... toute l’info du circuit Dijon-Prenois sur la page dédiée !

 

Commentez cet article