Vainqueur à Paris, la JDA est intouchable

Ecrit par Rédaction Le 24 janvier 2015 à 01:45

Opposé à l’ équipe du Paris-Levallois dans sa salle  Marcel Cerdan pour le compte de la 18ème journée de Pro A, Dijon a réalisé un très gros match, dans la lignée de ses précédents (9 victoires sur les 10 derniers matchs en Pro A !) pour s’imposer sans trembler (75-87). La JDA a livré une très belle prestation collective et dominé son adversaire du soir (104 d’évaluation collective pour Dijon contre 80 côté Paris-Levallois). Menés d’une main de maître par Walker, les visiteurs ont un peu plus consolidé leur 4ème place en l’emportant sans trembler.

 

André Harris est le meilleur pointeur DIjonnais du jour (Nicolas GOISQUE/archives)

André Harris est le meilleur pointeur dijonnais du jour (Nicolas GOISQUE/archives)

Dijon met la pression d’entrée

C’est la JDA qui prend le meilleur départ dans cette rencontre. On sent d’entrée que la Jeanne a resserré les boulons en défense, avec des Parisiens qui peinent à marquer, en témoigne le score de  13-17 après 10 minutes. Gray et Harris s’occupent du scoring pour les visiteurs.

La rencontre devient plus rythmée

Si les 10 premières minutes s’étaient disputées sur un rythme assez normal, avec deux équipes défendant bien et une adresse moyenne, très vite la rencontre s’emballe. Blake Schilb, qui monte en puissance sur ces dernières semaines côté Paris-Levallois, inscrit des gros tirs. Mais en face le collectif dijonnais est bien rodé et chacun apporte sa pierre à l’édifice. Walker et Prénom portent la JDA en tête (25-32, 17e). On retrouve de nouveau  une grosse défense des Bourguignons, avec notamment Joss-Rauze qui bonifie son interception par un panier longue distance (27-37, 18e). Greg Beugnot est bien obligé de prendre un temps-mort tant son équipe souffre sous les coups de boutoir d’un bon Harris (29-41, 18e), temps mort suivi d’effet puisque Lang trouve la mire à 6 mètres 75 dans la foulée (32-41, 19e).

Des Dijonnais en verve

Un Erving Walker des grands soirs caviardise ses partenaires et l’écart flambe très vite (34-52, 23e). Si Green ramène les Parisiens à une distance plus raisonnable, André Harris sanctionne dans la foulée la défense des locaux, à 3 points sur un énième service de l’inévitable Walker (9 passes à son actif à ce moment du match !). La rencontre devient alors plus brouillonne, et les deux équipes font preuve de précipitation en attaque. Les Dijonnais comptent une avance confortable après 30 minutes (50-66).

Erwing Walker a distribué les caviars toute la soirée (Nicolas GOISQUE/archives)

Erving Walker a distribué les caviars toute la soirée (Nicolas GOISQUE/archives)

Paris n’aura pas lutté longtemps

Dionte Christmas prend alors les choses en main : le shooteur parisien  fait parler son poignet et inscrit la bagatelle de 7 points en en peu plus d’une minute ! (57-66, 21e). Ce qui a le don d’énerver Jean-Louis Borg qui n’attend pas pour arrêter le match d’un temps mort, afin de réveiller ses troupes. La JDA exécute parfaitement le système annoncé au temps-mort pour démarquer l’homme en forme de ces dernières semaines, Steven Gray (57-69, 22e). Walker prend ensuite le relais et inscrit 4 points de rang, afin de repousser le Paris Levallois qui se fait de plus en plus pressant. Après 2 lancers réussis de « JBAM », les hommes de Greg Beugnot reviennent dans le match (67-76, 36e). Le coach parisien lance ses dernières cartouches avec le sniper Corosine qui réduit encore un peu l’écart à 3 points(70-78). Mais Andre Harris replace son équipe dans une meilleure posture à l’orée du money time (70-80, 38e). La suite ne sera que littérature, la JDA s’appuyant notamment sur Walker pour finir le travail et s’imposer (75-87).

 

Les marqueurs dijonnais: Harris 18, Walker 16, Gray 16, Moss 12, Joseph 10, Prénom 8, Joss-Rauze 5, Mendy 2

 

Classement, résultats, news, calendrier, effectif... toute l’info de la JDA Dijon sur la page du club !

 

Commentez cet article