Châteauroux-DFCO (1-1) : Des regrets plein la tête

Pour le dernier match de l’année 2014, Dijon pouvait conforter sa place de leader de Ligue 2 et mettre la pression sur Troyes et Brest qui jouent ce samedi après-midi. Après avoir mené presque toute la rencontre à la suite d’un but de Romain Phillipoteaux dès la 6ème minute de jeu, le DFCO concède un penalty sévère à la 92ème minute. Un face-à-face transformé par le capitaine castelroussin Sébastien Roudet. Au terme ce match nul, les hommes d’Olivier Dall’Oglio peuvent avoir de gros regrets.

les coéquipiers du capitaine Cédric Varrault laissent échapper 2 points précieux en fin de match (Nicolas GOISQUE/archives)
Les coéquipiers du capitaine Cédric Varrault laissent échapper 2 points précieux en fin de match (Nicolas GOISQUE/archives)

Ce choc des extrêmes démarre tambour battant. Les joueurs de Pascal Gastien allument la première mèche dès la quatrième minute. Grégory Thil dévie pour Terence Makengo sur le côté droit. Ce dernier s’infiltre dans la surface dijonnaise et amorce une frappe puissante, sa tentative est difficilement repoussée par Baptiste Reynet. La réaction bourguignonne ne se fait pas attendre puisque deux minutes plus tard, Romain Phillipoteaux récupère le ballon au milieu du terrain et s’engouffre dans la défense adverse. Le milieu bourguignon déclenche une frappe contrée par Denys Bain ,ce qui la met hors de portée deLandry Bonnefoi. Dijon ouvre le score sur sa première véritable occasion et fait preuve d’un réalisme total.

Dijon a la maîtrise du ballon

Cette ouverture du score précoce libère des Côte-d’Oriens qui jouent avec beaucoup de confiance et de sérénité. Les coéquipiers du capitaine Cédric Varrault ont le contrôle du cuir et font courir des Castelroussins en grande difficulté. Actuellement 19ème, la Berrichonne manque de confiance et ne trouve pas la solution que ce soit offensivement ou défensivement. Pour autant, les joueurs du président Olivier Delcourt n’arrivent pas à faire le break bien qu’ayant les possibilités de le faire (8′, 13′, 17′ et 25′). En ne se mettant pas à l’abri, Dijon est toujours sous la menace de Châteauroux même si les Castelroussins peinent à se créer des occasions. Seul l’ancien Dijonnais Grégory Thil se montre dangereux à la 36ème minute avec une tête qui passe à côté du but de Baptiste Reynet. Au terme des 45 premières minutes, le DFCO mène 1 à 0 à Châteauroux.

Romain Philippoteaux a inscrit son 7 ème but de la saison (Nicolas GOISQUE/archives)
Romain Philippoteaux a inscrit son 7ème but de la saison (Nicolas GOISQUE/archives)

Une seconde période insipide

Les vingt-deux acteurs reviennent sur la pelouse et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’ils ont déjà la tête au vacance. Un faux rythme s’installe et les deux équipes accumulent pertes de balle et mauvais choix. Pourtant menés au score, les locaux ne donnent pas l’impression de tout faire pour revenir et aller chercher une victoire ô combien importante pour la course au maintien. A l’inverse de la première mi-temps, les Castelroussins ont davantage le ballon mais ils n’arrivent pas à concrétiser cette maîtrise comme l’on fait les Bourguignons dans le premier acte. Il faut attendre la 66ème minute pour frissonner de nouveau. Après un bon décalage de Tavares sur le côté gauche pour Samuel Souprayen, le latéral bourguignon adresse un centre au deuxième poteau. Complètement seul, Johan Gastien arme une demi-volée croisée qui prend la direction du petit filet de la cage adverse. Mais le gardien castelroussin, Landry Bonnefoi, réalise un superbe arrêt réflexe et empêche son équipe de sombrer.

Une décision qui change tout

Nous arrivons dans les dernières minutes du match et le DFCO mène toujours 1 à 0. Face à une équipe qui ne s’est procurée aucune occasion dangereuse, on se dit que le succès bourguignon n’est qu’une question de minutes. Mais Châteauroux  commence à mettre la pression sur la défense côte-d’orienne. Après un coup franc excentré sur la gauche et frappé par Roudet, Hountondji trouve la barre transversale du but de Baptiste Reynet (88′). Cette barre  réveille les hommes de Pascal Gastien qui poussent dans les derniers instants. Et sur un ballon envoyé dans la surface de réparation, le capitaine Cédric Varrault destabilise Arnold Garita. L’arbitre n’hésite pas une seconde et désigne le point de penalty. Une décision qui paraît sévère. L’ancien Sochalien, Sébastien Roudet, prend ses responsabilités et égalise pour La Berrichonne (92′). Quelques secondes après, l’arbitre de la rencontre renvoie tout le monde au vestiaire sur ce score final d’un but partout. En déplacement ce samedi après-midi à Arles-Avignon, Troyes peut revenir à hauteur de Dijon en cas de victoire. De son côté, Châteauroux reste scotché à la 19ème place avec quatre points de retard sur Nîmes, premier non-relégable.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.