DFCO Féminin-Tremblay (2-1): la victoire mais… C’est tout !!

Trois blessées, un penalty et un carton rouge, le duel entre le DFCO Féminin et Tremblay a été riche en rebondissements. Mais même à dix contre onze, les Dijonnaises ont renoué avec le succès en s’imposant deux buts à un contre les Tremblaysiennes. Une victoire qui fait du bien aux têtes et qui stoppe une série de résultats plutôt décevants à domicile.

les dijonnaises ont été mises en difficulté par l'impact physique des visiteuses (Nicolas GOISQUE/www.FocaleInfo)
Les Dijonnaises ont été mises en difficulté par l’impact physique des visiteuses (Nicolas GOISQUE/www.FocaleInfo)

Depuis le début de saison, Dijon joue au yo-yo au niveau des résultats. Les coéquipières d’Anaïs Brahier alternent le chaud et le froid. Le froid il y a une semaine après une défaite sur le terrain d’Hénin-Beaumont pour laquelle l’entraîneur, Samuel Riscagli, avait ciblé le comportement de ses joueuses « Lorsque tu ne respectes pas le plan de jeu mis en place, afin d’empêcher ton adversaire d’imposer son jeu, par manque de discipline et de rigueur, tu ne peux que t’incliner à chaque fois que tu concèdes une occasion ». Allions-nous avoir le chaud avec rigueur et d’état d’esprit ce dimanche après-midi ?

Un manque d’efficacité offensive

En première mi-temps, les Bourguignonnes sont solides et font les efforts ne concédant aucune occasion franche à leurs adversaires. Même dans le temps fort des Parisiennes, les Côte-d’Oriennes font le dos rond et les efforts ensemble. Défensivement en place, c’est offensivement que la bât blesse. Au cours des 45 premières minutes, Dijon multiplie les occasions franches (1′, 9′, 13′, 30’et 38′). Mais voilà, depuis le début du championnat l’efficacité n’est pas toujours au rendez-vous chez les rouges. Les deux équipes retournent donc au vestiaire dos à dos sur un score vierge, o-o.

Cinq minutes qui changent tout

La deuxième période reprend sur le même rythme,  avec des visiteuses qui jouent plus haut en mettant beaucoup d’agressivité et d’intensité. Les deux formations éprouvent des difficultés à se créer des occasions. Le match va complètement basculer à la 58 ème minute de jeu. Après un tacle par derrière, Nathalie Grammont écope d’un deuxième carton jaune synonyme d’exclusion. A peine une minute après, le DFCO obtient un penalty pour une faute sur Maud Serrano. L’avant-centre, Laura Bouillot, suit bien la frappe de Justine Pacaud repoussée par la gardienne et ouvre le score  à 10 contre 11. Le scénario est complètement dingue. Alors que la tension a monté d’un cran en-dehors du terrain, Tremblay égalise sur l’engagement. Traoré est trouvée dans la surface et arrive à glisser le ballon sous le ventre de Léa Massibot. Dijon ne tergiverse pas et seulement quatre minutes après l’égalisation tremblaysienne, Justine Pacaud redonne l’avantage à son équipe après un superbe coup-franc à 20 mètres en pleine lucarne.

Une fin de match sous tension

Le match a été heurté avec de nombreuses fautes (Nicolas GOISQUE/www.Focale.info)
Le match a été heurté avec de nombreuses fautes (Nicolas GOISQUE/www.Focale.info)

Dijon mène en infériorité numérique à un peu moins de trente minutes de la fin du match. Les Dijonnaises puisent dans leur ressources mentales et font preuve de cœur pour garder cette avance. Face à des Bourguignonnes en place et déterminées, Tremblay ne trouve pas la solution. A dix minutes du terme, un nouveau fait de jeu provoque la colère du banc  visiteur. Lancée plein axe, Traoré est mise KO par la sortie dangereuse et non maîtrisée de Léa Massibot avec le genou en avant. L’arbitre ne siffle pas faute et ne met pas le carton rouge qui semblait s’imposer à la gardienne dijonnaise. Une décision qui met en rage le staff parisien, la coach de Tremblay est même expulsée. La tension est palpable et le DFCO fait bloc et s’appuie sur Léa Massibot qui sauve son équipe à deux reprises avec deux parades cruciales (96’et 98′). Le match se termine sur une victoire dijonnaise deux buts à un. Un succès obtenu au courage, avant le derby contre Blanzy dimanche prochain en Coupe de France.

Réaction de l’entraîneur du DFCO, Samuel Riscagli :

« On a assisté à un match heurté c’est le moins que l’on puisse dire. Il y a eu très peu de jeu, on a pas su mettre le pied sur le ballon et le faire tourner.

Sam Riscagli (Nicolas GOISQUE/www.Focale.info)
Sam Riscagli (Nicolas GOISQUE/www.Focale.info)

On a quand même eu une très bonne entame. On fait 25 bonnes premières minutes avec un jeu plutôt cohérent ou on défend en avançant. Mais à partir du moment ou on a commencé à défendre en reculant, on a invité l’adversaire chez nous. Proche de notre but, on est en difficulté. On était trop loin

aussi de Laura Bouillot à la récupération du ballon. Elle était trop esseulée, on n’a pas mis assez de monde autour d’elle et donc on était coupé en deux. On a fait beaucoup trop de d’erreurs à mon sens et on a encore été punis sur des fautes d’inattention. On commet toujours les mêmes erreurs ce qui fait qu’on est toujours en difficulté.  Aujourd’hui on a pas la frustration de perdre et pour une fois on a eu les ressources mentales pour gagner ce match à dix contre onze. Même si on aurait pu finir à neuf parce que Léa Massibot mérite d’être exclue sur sa sortie. Cette victoire nous permet de reprendre notre sixième place, de revenir un peu sur Tremblay et maintenant on passe à la Coupe de France et à la trêve parce que ça commence à devenir difficile. »

Retrouvez l’album photo du match sur Focale.info

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.