Revivez le Marathon des Sables dans la peau d’Amandine Roux

Ecrit par Nicolas Goisque Le 21 avril 2014 à 19:54

La traileuse dijonnaise Amandine Roux a terminé le 29ème Marathon des Sables sur le podium après plus de 236 kilomètres parcourus dans le désert Sahara sud marocain. DIJON-SPORTnews.fr vous propose de revivre cette aventure sportive et humaine dans la peau d’Amandine Roux.

Amandine Roux, membre de léquipe Solidai’Run de Dijon lors du Marathon des Sables 2014 (crédit photo organisation MDS).

Pour mieux comprendre ce que peut-être une telle course, Amandine Roux, membre de l’équipe dijonnaise Solidai’Run qui a participé au Marathon des Sables, nous a ouvert son carnet de route au fil des étapes du 6 au 11 avril 2014 :

6 avril 2014, Ouest Erg Chebbi – Erg Znaigui (34 km) : « Départ à 9h ce matin au son de ACDC. Dès les premiers kilomètres, les premières difficultés sont là avec des dunes de sables à perte de vue… Le moral n’est pas là, je me fais doubler tout le temps mais dès le point de Contrôle 2, tout revient au niveau physique et mental. C’est magnifique, le désert marocain offre sa couleur ocre et rouge. Tout en profitant de cette nature généreuse (on n’oublie pas les 42 degrés au soleil dans l’oued !), je termine les 38 km qui me séparaient du bivouac 2 en 4h55 et 4ème féminine. »

7 et 8 avril, Erg Znaigui – Oued Moungarf (41 km) puis Oued Moungarf – Ba Hallou (37,5 km) : « Dure étape pour moi avec 37,5 km dans les dunes, l’enfer. Les articulations sont mises à rude épreuve. J’ai du mal à avancer. Du coup, en larmes à 10 km de l’arrivée…

Le Marathon des Sables n’a pas été un long fleuve tranquille pour Amandine Roux ici soutenue par son coéquipier dijonnais Sébastien Bonnot (crédit photo organisation MDS).

Heureusement, Guillaume me passe un savon. Je pense à vous tous qui comptez sur moi. Ça me refile la pêche. Je double une femme, puis deux et sans le savoir je passe la ligne d’arrivée 3ème encore une fois en 4h41. Je reçois vos mails tous les soirs. Continuez, ça m’aide énormément. »

9 avril, Ba Hallou – Rich Merzoug (81,5 km) : « Cette étape 4 longue de 81 kilomètres a été un vrai calvaire. D’abord roulant, puis très vite le Mont Oftal à grimper… Je prends mon temps. Sans m’en rendre compte, je suis en train de remonter deux femmes. J’essaie de garder la tête froide, le CP 1 puis 2 et 3 sont passés. Ma vessie fait des siennes, les premiers symptômes d’une infection urinaire arrivent… J’ai trop mal mais je dois continuer. Je suis au 65ème km, il reste encore 26 km mais je m’arrête tous les 500m pour  uriner. Je pense à vous tous et ça me rebooste. CP 6 : les docs veulent m’arrêter et me perfuser, je refuse. Aline, 4ème au général, me double et m’encourage. Je cours, c’est dur, je pleure. Mes ampoules éclatent dans les chaussures. Je passe la ligne d’arrivée en 11h51, à 5 minutes d’Aline, et je conserve ma 3ème place au classement provisoire. »

L’infirmière dijonnaise Amandine Roux (à gauche) se verrait bien passer du côté de l’organisation lors d’un prochain Marathon des Sables… (crédit photo organisation MDS)

11 avril, Rich Merzoug – Igadoun Tarhbalt (42,2 km) : « Voilà, dernière étape de 42,125 km réalisée ! Je termine 2ème femme en 4h55 et je valide donc ma 3ème place au classement définitif. L’état physique est bon même si je sature à boire uniquement de l’eau depuis 8 jours (hématurie dans les urines et diarrhées), avec un poids de 41 kg pour 47 kg au départ. Un grand merci à vous tous qui m’avez tant encouragé, j’ai eu beaucoup de chance de vous avoir à mes côtés… »

Émotionnellement fatiguée

Amandine Roux nous a livré ses sentiments après ce Marathon des Sables : « C’était une course très éprouvante physiquement. Avec le recul, c’est plus la fatigue émotionnelle qui ressort. Aujourd’hui, en regardant les images, j’ai une grande fierté pour la performance sportive et pour les associations qu’on soutenait. Je garde vraiment que de très beaux souvenirs, les difficultés physiques sont complètement oubliées principalement grâce à l’entraide tout au long du marathon. »

Et si l’aventure était à refaire ? Amandine Roux conclut : « Oui, je referais volontiers le Marathon des Sables, pas pour des raisons personnelles, mais pour soutenir une association et en équipe… Étant infirmière, j’aimerais aussi refaire l’aventure mais de l’autre coté, avec l’équipe médical des globe-trotters qui ont été exceptionnels avec nous tout au long de l’épreuve ! » Une expérience que la Dijonnaise pourrait revivre sous un autre angle…

Découvrez notre article sur le Marathon des Sables 2014 !

Une réponse à “Revivez le Marathon des Sables dans la peau d’Amandine Roux”

  1. mongeot dit :

    je cherche a joindre amandine par rapport a son parcours .. impossible de trouver une adresse mail ou un Facebook . pourriez vous nous aider ?

Commentez cet article