Le ‘Marathon de l’Eau’ vécu par C. Lebrun et F. Laurent

Ecrit par Nicolas Goisque Le 25 février 2013 à 10:11

Le 17 février dernier, les marathoniens de l’extrême Christophe Lebrun et Frédérique Laurent effectuaient la 3ème étape de leur Grand Chelem Marathon. Celui-ci a eu lieu en France, dans le Jura, avec pour thème l’Eau ! Après le feu du Vanuatu et le métal de Bolivie, les deux sportifs dijonnais ont achevé cette nouvelle épreuve qu’ils racontent pour DIJON-SPORTnews.fr.

Christophe et Frédérique se préparent tôt le matin pour le marathon de l’eau (Photo © DARIUS JF. / LE BIENPUBLIC).

« Guidés par la théorie des 5 éléments, qui associe un élément de la nature à une couleur et une saison, nous nous élançons ce dimanche à 7h00 de nuit, pour le premier marathon de l’Eau au cœur du Jura hivernal. Un parcours qui va nous mener de Bourg-de-Sirod, jusqu’au lac d’Ilay, en passant par l’eau dans tous ses états, liquide, vapeur, solide… l’eau du Parc Naturel du Haut-Jura.

Toujours bien soutenus

Nous sommes bien entourés. Famille, amis et équipe de soutien, emmenée par Christine Janin, fondatrice de l’Association ‘A Chacun son Everest !’ à qui nous dédions ce 3ème marathon, étape européenne sur la route du Grand Chelem. Le thermomètre indique -8°C, le ciel est clair, étoilé, la neige abondante, mais encore gelée à cette heure matinale. Nous  sommes équipés pour la course sur neige et glace : lampe frontale, yaktrak aux pieds, goretex des pieds à la tête et boisson chaude dans le camelbag. Christine Janin et Pierre Boyer, notre kiné, nous accompagnent sur le premier des 42,195 km.

Les deux marathoniens de l’extrême dijonnais en plein effort ! (Photo © DARIUS JF. / LE BIENPUBLIC)

Premières difficultés du parcours

Le chemin qui nous conduit jusqu’aux Pertes de l’Ain (cascade et gorges) est gelé. Vient ensuite la première de nos 3 ascensions du massif montagneux, une côte de 2,5 km à 10% qui ne tarde pas à nous réchauffer ! Le jour se lève, l’eau traverse le village de Syam en contrebas. La forêt est blanche de neige. Nous enchaînons successivement des sites remarquables. Le Jura nous offre une palette de paysages superbes, authentiques, préservés… et la brume flotte sur les champs enneigés. Nous effectuons une seconde ascension, puis une descente vertigineuse sur la cascade de la Billaude, avant d’aborder le second massif montagneux.

20km en 3h !

La progression est très difficile, nous faisons la trace en pleine forêt dans près de 60 cm de neige, du jamais vu sur nos précédents marathons ! Résultat, au 20ème kilomètre, nous en sommes déjà à 3h de course. La seconde partie nous voit traverser  les gorges de la Langouette, avant de passer sous la montagne, à la lumière des lampes frontales. L’entrée de la galerie est une arche gelée toute en stalactites…

Frédérique Laurent et Christophe Lebrun passent la ligne d’arrivée avec une grande fierté pour l’association ‘A chacun son Everest’ qu’ils défendent. (Photo © DARIUS JF. / LE BIENPUBLIC)

Sous la terre puis au-dessus

La sortie est aérienne. Nous empruntons le viaduc enneigé bordé par le gigantesque bief de la ruine ! Le chrono indique maintenant 5h de course au kilomètre 28, synonyme d’un moment bien difficile lors du marathon dans le désert de sel d’Uyuni, il y a tout juste 3 mois. Mais cette fois, tout va bien. Nous avons particulièrement veillé à l’hydratation et à la qualité de l’alimentation de course pour passer le cap des 30km dans de bonnes conditions. Christine Janin, présente sur ce point ravito, veille au grain ! Nous abordons maintenant le dernier tiers du marathon. Encore 14 kilomètres à tenir…

Dernière ligne droite !

La température est maintenant positive ! 2°C… presque chaud ! Nous effectuons un nouveau ravitaillement à l’abord de la zone des 4 lacs. Entièrement gelés, bordés de hauts sapins, on songe aux étendues sauvages et préservées du Canada… Le décor est grandiose et vierge ! Blanc immaculé, lac gelé scintillant sous le soleil, froid piquant et tout au bout, la ligne d’arrivée tenue par tous les amis qui nous ont accompagnés sur ce premier marathon de l’eau. »

Christophe Lebrun et Frédérique Laurent terminent donc ce 3ème marathon, en France, toujours pour l’association qu’ils défendent : « Nous franchissons la ligne d’arrivée ensemble, fanion ‘A Chacun Son Everest’ levé bien haut ! 7h30 de froid, de neige, de glace et d’espoir dédiés aux enfants de l’association ! »

2 réponses à “Le ‘Marathon de l’Eau’ vécu par C. Lebrun et F. Laurent”

  1. bomboy Danielle dit :

    On est toujours admiratif en pensant à l’épreuve sportive, physique et morale qui vous anime. On lit cet article assis tranquillement devant son ordinateur en se disant » qu’ils sont courageux ». Je crois surtout que la motivation pour une grande cause ferait franchir des « montagnes ».
    Encore félicitation à vous deux pour votre engagement et votre détermination.
    Danielle Bomboy

  2. Olivier Mouchiquel dit :

    Enorme challenge, pour faire connaître la belle association de Christine Janin. Plein de courage à tous deux pour la suite !

Commentez cet article

 
Le mercredi 13 septembre 2017 à 10:35

Le Village du hand annulé


Le mercredi 6 septembre 2017 à 15:32

Nabil Fékir à Dijon ce jeudi avec Fouad Chafik


Le mercredi 6 septembre 2017 à 10:40

Randonnée du vendredi avec Dijon Roller à Dijon


Le mardi 5 septembre 2017 à 13:38

VTT: coupe de BFC : Benjamin Pascual s’impose à Ahuy


Voir toutes les brèves...