Périchon passe professionnel « l’objectif est atteint »

Ecrit par Rédaction Le 9 août 2011 à 12:20

Le cycliste du Sprinter Club Olympique Dijonnais Pierre-Luc Périchon (24 ans, 1m82 – 68kg) vient de s’engager avec le club professionnel de La Pomme Marseille. Ce coureur au profil polyvalent est le leader de la formation dijonnaise. DIJON-SPORTnews.fr s’est entretenu avec lui et vous livre ses impressions.

Pierre-Luc Périchon a porté les couleurs du SCOD pendant 3 saisons (crédit photo : Sarah Bottard, SCO Dijon).

DIJON-SPORTnews : Pouvez-vous nous décrire votre parcours dans le cyclisme ?

Pierre-Luc Périchon : « J’ai débuté le vélo à l’âge de 5 ans à Ambérieu-en-Bugey (01). J’y ai passé 14 années et remporté plusieurs titres de champion du Lyonnais et de Rhône Alpes. J ‘ai évolué ensuite au club de Saint-Vulbas pendant deux saisons en DN2. C’est avec cette équipe, sur le tour du Loir-et-Cher, que j’ai été approché par Dijon en 2008. J’ai choisi cette destination car les Dijonnais étaient les premiers à me contacter, et aussi car au sein du peloton, l’image du club était saine par rapport à d’autres. Après 16 ans à courir en Rhône Alpes, je voulais rencontrer d’autres coureurs et avoir accès à des compétitions nationales. »

DSn : Quel est votre bilan avec le SCO Dijon ?

PLP : « La première année (2008-2009) a été compliquée puisque j’avais passé l’hiver à courir sur piste. De mars à juin j’ai enchaîné les contre-performances. A partir de juillet, j’ai vécu une très grosse fin de saison avec la victoire au tour de Gex et lors de la finale de Coupe de France notamment. En 2010, j’ai fait une saison en demi-teinte puisque j’ai été blessé à un genou. Je retiendrai quand même le tour d’Alsace, lorsque j’avais porté le maillot jaune durant trois jours. Ensuite, j’ai signé dans une nouvelle équipe professionnelle chinoise l’été dernier, mais mon contrat n’a jamais été retourné. J’ai pris une grosse claque et j’ai eu beaucoup de mal à revenir en début d’année. Je suis reparti de l’avant et je réalise depuis une bonne saison (vainqueur de la boucle de l’Artois, 2ème du Grand Prix de Chardonnay). »

DSn : Quels sont vos meilleurs souvenirs avec le SCOD ?

PLP : « Sur le plan sportif, j’ai beaucoup appris avec Jérémie Dérangère et Olivier Grammaire. J’ai aussi tissé des liens forts avec Alexis Coulon et Benjamin Pascual. Mes moments forts sur le vélo sont la finale de la Coupe de France 2009 et le tour Nivernais-Morvan il y a trois mois lorsque j’ai franchi la ligne en tête avec Alexis Coulon. »

DSn : Comment s’est fait cette signature à Marseille ?

PLP : « J’ai pris un agent en début d’année et nous avons beaucoup parlé. J’ai eu une opportunité avec l’équipe Cofidis pour être stagiaire, mais ça ne s’est pas fait. Plusieurs formations professionnelles étaient intéressées mais ne pouvaient pas donner de réponse avant septembre. La Pomme m’a contacté mi-juillet. N’ayant aucune certitude avec les autres équipes, j’ai sauté sur l’occasion et je me suis engagé avec Marseille. »

Pierre-Luc Périchon portera le maillot de l'équipe professionnelle La Pomme Marseille la saison prochaine.

DSn : Quelles sont vos ambitions pour cette première saison en tant que professionnel ?

PLP : « Mon but sera d’apprendre le métier de cycliste professionnel, de découvrir des fonctions que je ne connais pas (porteur de bidons, équipier…). Je vais moins avoir la pression du résultat comme je ne serai pas leader. Mon objectif est de progresser pour passer à l’échelon supérieur. Marseille doit être une rampe de lancement. »

DSn : Quelle sera votre rôle dans l’équipe ?

PLP : « Il n’y aura pas vraiment de leader. On définira les rôles pour chaque course en fonction du niveau de forme de chacun. En général, mon pic de forme est vers le mois de juillet, je serai peut-être leader à ce moment-là ? J’espère que la mayonnaise va bien prendre à Marseille ! »

DSn : Quelles seront les différences entre cycliste amateur à Dijon et professionnel à Marseille ?

PLP : « Sur le plan sportif, il y a peu de changements. Je roulerai autant qu’à Dijon. Nous serons seulement une dizaine de coureurs avec La Pomme, donc il y aura moins d’échéances. En revanche, j’aurai un vrai statut social à Marseille en tant que professionnel, et surtout, j’aurai accès à des courses plus importantes. Je vais côtoyer la crème du vélo. L’occasion pour moi de montrer ce dont je suis capable. »

DSn : Continuerez-vous à faire de la piste à Marseille ?

PLP : « Je n’en ai pas encore parlé avec Frédéric Rostaing. Je verrai avec lui. Comme les Jeux Olympiques ont lieu l’été prochain, le Tour de France sera avancé. Il y aura un moment de flottement au mois de juillet avec les championnats de France et le Tour de France. Si je suis sélectionné avec l’équipe nationale pour les Jeux, j’irai avec plaisir. Ce sera du bonus mais ce n’est pas mon objectif. Je ne tire pas de plan sur la comète pour ne pas être déçu. »

DSn : Qu’en est-il de votre fin de saison à Dijon ?

PLP : « Je suis très concentré sur la fin de saison avec le SCOD. Quoi qu’il arrive, mon objectif est atteint puisque j’ai signé dans une équipe professionnelle. Dimanche prochain (14 août),  il y a l’avant-dernière épreuve de Coupe de France, et je terminerai par la finale de la Coupe à Blangy. »

La boucle est bientôt bouclée à Dijon pour Pierre-Luc Périchon. Après un stage à Marseille en septembre avec ses futurs coéquipiers, il rejoindra définitivement la citée phocéenne en novembre. Il effectuera une grosse préparation physique cet hiver afin d’être prêt dès le début de saison. Comme l’été 2012 laissera place aux Jeux Olympiques, le début d’année sera déterminant.

Commentez cet article